Du bleu au gris

Bien dans le style qu'affectionne Seaton, cette formation aixoise, voici "Blue to Grey" un long morceau qui va bien. Le groupe semblait adorer les morceaux de plus de 4 minutes avec plusieurs sections. C'est ici, bien sûr, le cas... Du bleu au gris !
-

Regrets à Bordeaux

J'ai déjà publié quelques morceaux de concert de Cérémonies à Bordeaux, au Chat Bleu (le 21 Décembre 1985). Quelques jours avant Noël, tout le Bouloup Contingent s'est déplacé pour ce concert et fait l'aller-retour en un week-end. Je me souviens de la route du retour sous la pluie avec une autoroute pleinne de 35 tonnes inamicaux. "Regrets" est un des premiers morceaux du groupe et dans cette version, Piepp' semble avoir des problèmes avec sa guitare puisqu'il lui faut un certain temps avant d'entrer dans le morceau.
-

Juste une heure ou deux !

Extraite des archives de Gordon voici "Une heure ou deux". Sur la K7, il est indiqué "Cérémonies" mais j'en doute. D'abord, il s'agit bien d'une composition des Chinaski's, ensuite il y a deux guitares (dont une rythmique) et enfin le jeu de batterie est bien trop sobre et en place pour être celui de Bruno. On dira donc qu'il s'agit d'une démo des Chinaski's. Aucune idée de la date, ni du lieu ni même de comment a été fait cette captation. Pas grave...
-

André Popp, toujours aussi pop

Voici un 2e extrait de "Popp Around the World". Ce "Ballade à la Rose" d'André Popp est présent sur la compilation Tricatel consacrée au maestro (réalisée par l'excellent Bertrand Burgalat). Compilation que je vous recommande et que vous pouvez écouter ici-même. Je viens juste de m'en rendre compte sinon j'aurais évité de la publier car enfin, il faut bien que tout le monde puisse vivre.
-

Tout s'éclaircit !

"Tout s'éclaircit" est un demi inédit des Blessed Virgins car si le groupe ne l'a jamais enregistré, la formation qui a suivi ("Le Train") la fait figurer en bonne place sur sa démo. Démo que j'ai bien sûr publiée dans ce blog. Il suffira d'aller ici-même pour écouter sa "rendition" en studio. En attendant, voici live à Issy-les-Moul', les Blessed Virgins au sommet de leur forme.
-

Little Girl

Je connaissais ce morceau depuis des lustres mais impossible de me souvenir de son origine. Il s'agit en fait d'une cover d'un groupe américain : Syndicate of Soul. Ce "Little Girl" eut son heure de gloire en 1966 aux USA. Une reprise comme les aimait les Dogs,  grands amateurs de garage sixties ! On trouve une trace "officielle" de ce morceau dans l'album live du groupe "Short, Fast & Tight" sorti en 2001 donc bien après la mort de leur frontman !
-


En bonus, une autre version "rare" de ce morceau que j'ai trouvé sur YouTube, enregistré live au Studio 44  (à  Rouen) le 19 octobre 1980.

Donzé

Voici "Donzé" d'Antoine L. extrait d'un ep diffusé gratuitement ("d'Afrique") sur le site d'i-breed. Pour retrouver l'esprit "roots" de ce morceau aux sonorités africaines, il a été décidé d'en diffuser une version mono. J'ai déjà abordé plusieurs fois la carrière d'Antoine... Qui ne tiens vraiment pas à ce que je cite son nom de famille. J'avoue vraiment aimer ce morceau mais pour de mauvaises raisons puisque c'est un instrumental (et qu'on entend pas Antoine). Désolé !
-

Et pour finir...

Voici le dernier morceau du EP "No One No Feeling" de Dolly & Co sorti en 1992 bien dans le style de ce qui fera le succès de Dolly quelques années plus tard ! Ce coup-ci, il s'agit du morceau "tître".
-

André Popp

Pour une fois parlons d'autre chose. André Popp est une sorte de "génie", un arrangeur, un compositeur, un chef d'orchestre à part que le label Tricatel nous a permis de redécouvrir il y a quelques années. Je dis "redécouvrir" parce que toute une génération d'enfants a été biberonné à "Piccolo, Saxo et Compagnie" qui était une bonne façon de découvrir les instruments de musique dit "classiques". D'après Wikipedia : "Durant plusieurs décennies, il compose une multitude de chansons, on peut citer, parmi les plus célèbres, Les Lavandières du Portugal avec un impact international, interprétée par de nombreux interprètes dont Luis Mariano, Yvette Giraud, Jacqueline François, Astrud Gilberto, Tom Pillibi (Grand prix de l'Eurovision 1960 remporté par Jacqueline Boyer), et surtout L'amour est bleu, mondialement connu sous le titre Love is Blue totalisant jusqu'à aujourd'hui un record de reprises internationales. Il est à la fois compositeur et arrangeur pour des interprètes de premier plan comme Juliette Gréco (La Complainte du téléphone), Anthony Perkins (On ne meurt pas pour ça), et surtout, durant plusieurs années consécutives, pour Marie Laforêt (Les Noces de campagne, à Ivan, Boris et moi). Il a également réalisé des arrangements comme celui d'Irma la douce pour Zizi Jeanmaire)." André est donc un personnage à part que certains collectionneurs chérissent particulièrement. Voici "Avanti" extrait de "Popp Around The World" dont je n'ai trouvé aucune trace dans sa discographie. C'est peut-être une compilation réalisée par Polydor à partir de plusieurs enregistrements et non un album en tant que tel. Quoiqu'il en soit, cet album n'est pas sur YouTube et ne manque pas d'intérêt...
-

De la dévotion (3 fois)

Devotion semble être un des passages obligés de Seaton puisqu'il existe 2 versions de ce morceau dont une (aussi) en studio. Le tître de cette chanson est une sorte d'archétype qui est à la limite du drôle avec la distance. Qui dit new-vave, dit profondeur et sensibilité. C'est un package. Cérémonies dont j'ai beaucoup parlé avait également le même travers mais son côté franco-français leur permettait de citer Voltaire ou Gustave Eiffel voir la guerre de 14/18. Bien sûr, il est facile de se moquer des "grands" sentiments d'une bande d'ado. en décalage avec leur temps et leur milieu. Plus tard, les "grunge" auront un peu la même approche. C'est aussi ce qui fait la Beauté de ce groupe. Voici "Devotion" de Seaton.
-

La Maison, là où je veux être

Continuons l'exploration de ce concert du le 15 Avril 1982 au Palace des Dogs diffusé sur Radio 7 (d'où la voix un peu bizarre que l'on entend en début de morceau). Ce "Home Is Where I Want To Be" est extrait de leur album : "Too Much Class For The Neighbourhood" sorti la même année. Je suis particulièrement sensible à la mélodie de cette chanson qui semble se détacher (un peu) de l'approche garage sixties et flirter avec une vision plus pop. Vision, qu'ils développeront sur les albums suivants.
-

Psychotic Cramps

Nous sommes le 6 Juin 1984, à l'Eldorado à Paris, les Cramps attaquent "Pyschotic Rection" le classique de Count Five et un classique - aussi - de leur répertoire. C'est, je pense, le dernier morceau de leur set. De mémoire, ils ne feront pas de rappels d'où le début de mini émeute. Je ne sais pas comment s'est passé leur concert du lendemain ni même si ils ont joué. L'Eldorado a (un peu) subi la colère et la frustration du public : fauteuils démontés et portes en verre cassées... Pour ma part, je n'ai pas demandé mon reste et fuis avant de m'en prendre une.
-

L'Affrontement dans Geul'art

Des Dieux tristes

J'avais mis l'exploration du répertoire de Seaton un peu de côté. J'y reviens aujourd'hui. Si le groupe joue bien et David est plutôt inspiré, on a un peu une sensation de répétition et d'usure. Difficile de différencier certains tîtres. On aurait aimé avoir une plus grande diversité mélodique. Pour autant, les vidéos de Seaton marchent plutôt bien ce qui veut dire que le groupe suscite toujours un peu d'intérêt. Tant mieux !
-

Death Lane

Continuons l'exploration de ce concert du le 15 Avril 1982 au Palace des Dogs diffusé sur Radio 7. Ce "Death Lane" est extrait de leur album : "Too Much Class For The Neighbourhood" sorti la même année...

"Ooh Mary-Anne
We're walkin' along Death Lane
I'll do anything you want me to"


 

Franck se plante toujours sur l'intro. de Voltaire

1987, Aix-en-Provence, Cérémonies attaque "Voltaire" et comme il fait sombre, Franck a du mal à positionner ses doigts, au bon endroit sur le clavier. Béatrice, la femme de Bruno (batteur), le remarque un peu fortement au début du morceau : "Franck se plante à chaque fois". Bref... La vie d'un groupe. Une très jolie version de ce classique du groupe (qui s'est aussi appelé "La Faute à Voltaire").
-

Jimmy Carter, version 2

J'ai déjà publié une version de "Jimmy Carter", une composition du groupe l'Affrontement. Un groupe "pionnier" actif vers 1979 du côté de Montreuil et Rosny 2. Quel est le message de ce "brulot" punk ? Difficile à dire. Sans doute une critique en bonne et due forme de la politique du 39e président des USA (au pouvoir de 1977 à 1981).
-

Vince et les Alligators

Sans doute extrait d'une vidéo, voici la rencontre de Vince Taylor et des Alligators. Cette rencontre a eu lieu en 1979, je ne sais ni où, ni pourquoi. Pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe rockabilly, notons que les Alligators faisaient partie de l'écurie de Jacky Chalard "Big Beat Records". Leur chanteur Alain Chennevière et d'autres membres du groupe (avec le groupe Pow Wow) connaîtront, un peu plus tard, un succès national notamment grâce à leur reprise d'Henri Salvador : "Le Lion est Mort Ce Soir". Ici, Vince et les Alligators reprennent le classique d'Eddie Cochran.
-

Retour aux Cramps

Nous sommes le 6 Juin 1984, à l'Eldorado à Paris. Les Cramps attaquent "Faster Pussycat", une reprise des Bostweeds et la chanson tître du film "Faster Pussycat Kill! Kill!" réalisé par Russ Meyer en 1965. Ce film d'exploitation n'est plus à présenter et a été maintes fois cité et détourné (je pense à la pub Peugeot pour la 205). La photo qui illustre la vidéo a été prise pendant le concert, Lux utilise un gigantesque gong qui était placé derrière le batteur. A la fin du concert, la foule en colère balancera des fauteuils sur le gong et le fera tomber.
-

Un visuel signé François Alysse

Je ne savais que François Alysse avait réalisé un visuel pour un single du groupe "Stereo" sorti chez Carrere en 1982. Terry Noritop a produit ce single comme il a co-produit l'unique single de François sorti en 1986 ("Pas les os"). Ceci expliquant cela. Que dire de ce visuel ? En fait, pas grand chose, si ce n'est qu'il me semble ultra-daté (même pour 1982) et que pour de la synthé pop/italo-disco ça me semble ne pas trop correspondre ! Mais bon, chacun se fera sa propre opinion.
-

Les Monkey Business selon Peter Knapp

Pendant des années, j'ai pensé que ces clichés avaient été réalisés par un photographe du nom de Peter Knaup et non Peter Knapp. Or, après échanges avec David, le chanteur des Monkey Business, il s'agit bien de Knapp. A l'époque, David était journaliste à Terre Sauvage et Knapp avait refondu la maquette du magazine. David avait engagé Peter pour la modique somme de 4 000 Francs (une sacré somme, à l'époque). Somme qu'il n'a d'ailleurs jamais payé. Trente ans après, j'ai récupéré et fait scanner ces ektas ! Knapp est une star du design et est connu pour son travail pour le magazine Elle. Travail qui a révolutionné le design éditorial. D'après La Dépêche : "C'est comme directeur artistique que le Suisse Peter Knapp, repéré par Hélène Lazareff entre au magazine «Elle» en 1960, avant d'aborder la photographie de mode, qu'il va révolutionner de l'intérieur en la dynamitant de photomontages, de projections géantes, de formes géométriques, de mises en page audacieuses. La mode devient moderne, la femme (re) devient femme : il la sort des maisons bourgeoises pour l'emmener dans la rue, mitraille des robes en mouvement, des bras nus et sensuels. Il photographie pour Courrèges, pour Ungaro et travaille pour Vogue, Fortune, Stern, Sunday Times…"  Plus de trente ans après, avoir été photographié par l'un de ses héros (sans le savoir) est un vrai bonheur !
-



Not Your Animal (le dernier groupe de David Rosane)

Louisiana Blues

Nous sommes le Samedi 24 Juin 1989. Marc-André joue avec Pascal et Yannick dans  "Bibi & les Fricotins". Le groupe répète à Cachan dans les locaux où Pascal et Marc-André travaillent. Marc-André est ami avec François Alysse qui vient de sortir un 45 tours chez Phonogram. François Alysse qui est lui-même pote avec les Stunners avec qui il a participé à une compilation "Fireball'". Pour fêter les 35 ans de François Alysse, sa femme d'alors organise une fête dans le studio photo à Cachan (dans les locaux où travaillent Marc-André et Pascal). Pour la circonstance, le matos des Fricotins est mis à disposition de l'assemblée. Un bout des Stunners (au moins Philippe et Mickey) François Alysse (et peut-être Yannick des Fricotins) tapent le bœuf. En voici un nouvel extrait. Cette fois-ci, j'ai cru reconnaître un blues de Muddy Waters : "Louisiana Blues" mais rien n'est moins sûr. C'est François Alysse qui chante ! J'ai déjà utilisé la photo qui illustre la vidéo, 1000 excuses ! Au bout d'un moment, il est difficile de trouver de nouveaux visuels.
-

La mélodie de Cérémonies

Toujours extrait du concert d'Aix-en-Provence en 1987, voici un morceau de Cérémonies que j'ai eu du mal à identifier. C'est plutôt une bonne nouvelle car je pensais avoir fait le tour du répertoire du groupe. D'ailleurs, je n'ai toujours pas retrouvé leur reprise de Bauhaus : "Kick in the Eye". Reprise fondatrice pour moi, puisque c'est ainsi que j'ai découvert cette formation glam et new-wave. Merci à Cérémonies, donc. Pour en revenir au dit morceau et en tendant l'oreille je l'ai appelé  "La Mélodie (du mélodrame)". Un très bon titre bien dans la lignée des autres morceaux du groupe. Le crobard qui illustre la vidéo a été réalisé par Marc-André et est utilisé sur une des affiches du groupe.
-

Que faire après la Crise ?

Nous sommes Le vendredi 25 Avril 1986 au Fahrenheit et les Blessed Virgins reprennent un (autre) de leur standard présent dans leur unique album studio sorti en 1982. Cette fois-ci, il s'agit d'une question essentielle : "Que faire après la crise ?"
-

Bec de poule, un album autoproduit de François Alysse

En 2004, François Alysse, dont j'ai déjà beaucoup parlé dans ces colonne, enregistre, publie et autoproduit un cd en collaboration avec Sylvain Mazzola. Sylvain est un harmoniciste (mais pas que) qui semble être basé dans l'Yonne (ou quelque part, par là). Sur Facebook, on le présente de cette façon : "Harmoniciste hors pair (il compte à son actif de nombreuses collaborations prestigieuses avec Lucky Peterson notamment) ; guitariste, chanteur, ses chansons sont autant de témoignages de tranches de vie ou d’hommage aux influences qui ont façonné sa personnalité artistique. Le blues, la chanson française, le folk mais aussi la musique cap verdienne ou africaine influencent particulièrement son univers musical." Pour ma part, je ne le connaissais pas... A travers ces 15 chansons, c'est bien de l'univers de François, dont il s'agit : Jeux de mots, traits d'esprits, détournements, humour potache. Et toutes ses thématiques de prédilection y passent aussi. Au niveau instruments, c'est assez sobre et très bien joué. Le jeu de guitare de François est souvent splendide.  C'est juste que l'écriture de François Alysse ressemble à un gâteau à la crème. Une part, on apprécie vraiment... 15, on est limite malade. Bon, je vais essayer de rester discret quant à ce dernier argument, sachant que François m'a envoyé un p'tit mot en se demandant qui pouvait avoir en sa possession autant de documents le concernant. Il n'est pas très perspicace et je ne semble pas lui avoir laissé un souvenir impérissable. Qu'importe, je n'essaie pas de rattraper le temps perdu et je n'ai pas d'illusions sur feu notre semblant d'amitié. Je crois qu'à un moment ou à un autre, il  me demandra des comptes sur toutes ces publications. Il sera alors temps de tout retirer. Mais en attendant, voici le morceau tître de cet album, un instrumental assez bizarre "bec de poule".
-

Vince, l'ange noir du rock and roll

J'ai toujours eu une passion particulière pour le rock and roll originel, celui des années 50. Aujourd'hui, je publie un extrait de ce bootleg bien connu du fameux Vince Taylor. Rocker d'origine anglaise, Taylor a fait carrière en France en reprenant des classiques du genre et surtout grâce à son costume en cuir noir (avec option chaîne à vélo). Quand les organisateurs de concert en auront marre que l'on pète tout à ses concerts, sa carrière aura du mal à s'en remettre. La légende veut aussi que David Bowie se soit inspiré de lui pour créer Ziggy Stardust. J'ai du mal à voir visuellement la connection entre les deux... Mais bon. Enfin, sa rencontre avec le LSD, au milieu des sixties, n'a pas fait que du bien à ses neurones et l'on dit qu'il n'est jamais vraiment redescendu. Dans cet océan de reprises qui caractérise la discographie de Vince Taylor, il existe une exception... Le fameux "Brand New Cadillac" que les Clash reprendront sur "London Calling". Seul tître original composé par notre héro, il a marqué définitivement l'histoire du rock and roll. En 1977, au plus bas, Vince est recueilli par un fan en provenance de Macon. Pendant quelques mois, il habitera dans cette souriante bourgade et survivra aux crochets de ce commerçant local qui pour éponger une partie de ses dettes décidera de commercialiser cet enregistrement live. Ce n'est donc pas tout à fait un bootleg même si le son est un poil approximatif ! Drive...
-

The Falling Rain

Autre démo inédite d'Hasil Adkins extraite de "Leaves and Autumn", voici le très mélancolique "The Falling Rain". Difficile de dater ce morceau, sachant qu'Hasil a été actif de 1955 à 2005 et qu'il a composé plus de 7000 morceaux. La légende veut qu'il buvait entre 4 et 5 litres de vodka par jour et avalait (parfois) des kilos de viande crue !
-

Paris, live à Aix

J'ai toujours eu un faible pour "Paris" de Cérémonies. On y perçoit une forme de mélancolie propre à nôtre belle capitale. Un blues du début du XXe siècle que j'ai toujours associé à la Tour Eiffel. Cette Tour qui est à la fois un cadeau publicitaire et un chef d'œuvre architectural. Nous sommes en 1987 et Cérémonies joue à Aix-en-Provence avec Seaton. Ce concert aura des tas de répercussions pour les bouloupiens. Des répercussions personnelles et musicales que j'éviterai de détailler. Pour une fois, je n'ai pas fait le déplacement et aujourd'hui, je le regrette un peu... Si vous tendez l'oreille, vous entendrez Béatrice crier :"Bouloup".
-

Voici mon 600e Post

Voici mon 600e post et il est temps de faire le point. En presque 3 années, j'ai publié pas mal de choses. J'ai, sans doute, fait le tour du répertoire de Cérémonies, Monkey Business, Nouveaux Monstres, Chinaskis, Fricotins... Etc. Il me reste quelque bouts de concerts de Cérémonies à publier et quelques démos de Seaton. Je n'ai pas retrouvé la vidéo des Monkeys, ni leur concert au Plan, ni l'interview à France Inter ! Mais bon, je ne désespère pas ! J'en ai profité pour publier plein d'autre choses : l'Affrontement, le Duo Gagnant, Hasil Hadkins, François Alysse, Les Rois Fainéants, Les Dogs et les Cramps... Etc. J'ai eu quelques problèmes avec Etienne Daho qui n'a pas apprécié que je publie sans autorisation un bout de son premier Olympia ! J'ai discuté avec quelqu'un qui est sensé être son web master. En échange d'une rencontre, d'une autographe et de deux places de concert, je suis - bien sûr - prêt à donner ce concert à Etienne. Mais pour l'instant, je n'ai pas eu de nouvelles et je ne crois pas en avoir. Il se peut qu'à un moment ou à un autre je diffuse sous le manteau ce live, apparemment très rare et recherché, juste pour le plaisir. Si quelqu'un lit ces lignes et a des bandes audios, des vidéos, des photos concernant un des groupes lié au Bouloup Contingent, je suis bien sûr preneur. Il suffit de me contacter en cliquant ici (ou "Contactez-nous" à droite un peu plus bas) pour s'organiser. J'aimerai, par exemple, retrouver des traces des Traffic Diams qui partageaient un local avec Cérémonies. Je tiens à préciser que toute ma démarche est complétement désintéressée. J'essaie juste de centraliser et de redonner vie à cette bouillonnante créativité qui est typique d'une époque. Ce blog est très peu lu et les vidéos peu écoutées, j'en ai bien conscience. Mais je ne recherche ni la "gloire" et encore moins la célébrité. Je sais que sur la longueur, ces groupes et artistes auront l'audience qu'ils méritent. J'en profite pour remercier Hervé Hénocq (Gordon) et David Rosane pour leur soutient et les documents qu'ils m'ont confié et que je crois avoir dignement exploité. Bouloup n'a pas vocation a être alimenté éternellement, il arrivera un moment où... Je n'aurai rien d'autre à ajouter et où j'arrêterai mes publications. On se retrouve pour faire le point au 1000e post !

L'Affrontement non-identifié

Je continue l'exploration du répertoire de l'Affrontement avec ce morceau dont je n'ai pas réussi (encore une fois) à identifier le tître. Un bon morceau punk bien enlevé comme on les aime. Là encore, je lance une nouveau défi à mes nombreux fans : nommer cette chanson. N'hésitez pas à me faire des propositions par mail (contactez-nous, tout en bas à droite). Du coup et pour l'occasion, j'ai un peu changé le design de la vidéo !
-

Les Ambassadeurs, suite et fin !

Voici le dernier morceau du live des Ambassadeurs à Tours en Juin 1991. Impossible d'identifier le tître de ce morceau joué par le groupe où le dessinateur Philippe Vuillemin œuvre à la guitare !  Comme je l'ai déjà dit, il n'existe aucune info sur les Ambassadeurs. Et c'est bien dommage...
-

Si c'est ça partir !

Nous sommes Le vendredi 25 Avril 1986 au Fahrenheit et les Blessed Virgins reprennent un de leur standard présent dans leur unique album studio sorti en 1982.
-

Salut avec un t ou avec un e ?

Nous sommes le 6 Mars 1987 au Fahrenheit (à Issy-les-Moulineaux). La Souris Déglinguée, à fond la caisse, interprète "Salue Les Copains". C'est en préparant ce post que je me suis rendu compte que "Salue" pouvait s'écrire avec un T comme la fameuse émission de radio des années 60. Ou sans, comme dans leur live : "Paris 23.05.89". Anyway, voici un des classiques du répertoire du groupe  qui synthétise complétement leur esprit punk.
-

Un rappel pour Gamine

Gamine est à l'Elysée-Montmartre le 9 Novembre 1988. Pour finir leur set et comme unique rappel, leur chanteur entonne "a cappella" cette chanson du Velvet Underground : "I'm Sticking With You". Ce tître apparait dans"VU", la 1er compilation d'inédits du groupe américain en 1985. Gamine nous laissera une impression assez mitigée à l'issu de ce concert à l'Elysée Montmartre pas complétement rempli.
-

Bibi & Les Fricotins Font Une Maquette

J'y pensais depuis un moment... Transférer en MP3, la maquette de Bibi & Les Fricotins. Cette démo a été enregistrée en live et en 4 pistes à Cachan (au milieu des années 80) par l'ami Antoine L. Antoine qui joue, d'ailleurs, un peu de guitare sur "L'Oiseau Tonnerre". J'ai donc tout cleané, transféré, équalisé (et virer les bruits parasites). Idem de la pochette que j'ai adapté au format CD. Un vrai boulot de "reconstruction" que vous pourrez télécharger ici-même. C'est cadeau de la maison. Bibi est un groupe de new-wave instrumentale avec Pascal B. et Marc-André à la guitare, Yannick à la guitare, Jean-Yves au sax alto et Bibi à la boîte à rythmes...
-

https://mega.nz/#!nCohnAgJ!RXTl-yEY45yF11w-KXd9PwsaOMnSvCWBrQN8zxbjpCs

Hasil Adkins

Si vous êtes fan des Cramps, vous avez forcément entendu parler d'Hasil Adkins. Lux et Ivy ont repris son "She said" (1964). D'après Wikipedia : "Hasil Adkins (prononcer Hassil), pionnier du punk rock, homme-orchestre, est un musicien de country, rock 'n' roll, blues bien que sa musique soit souvent considérée comme rockabilly voire comme du jazz primitif." J'ai trouvé sur internet une démo inédite d'Hasil intitulée "Leaves and Autumn" dont voici un extrait. Il s'agit d'une reprise d'Hank Williams : " I'm so lonesome I Could Cry".
-

Les garçons ne pleurent pas !

Voici une version live du "Boys Don't Cry" des Cure. Je n'ai aucune indication du lieu, ni de la date... Juste le tître de ce live : "Happy Birthday". D'après mes recherches, ce concert pourrait dater de Mai 1980 et avoir eu lieu en Allemagne à Herford lors du Seventeen Seconds Tour. Mais rien n'est moins sûr. Quoiqu'il en soit, j'adore cette version jouée sans effets, loin de la version enregistrée voir remixée.
-

Dantzig à Aix

Voici le 1er tître du concert de Cérémonies à Aix-en-Provence en 1987. J'ai déjà publié plusieurs versions de ce "Dantzig", un classique du groupe, qui comprend 2 sections dont une partie instrumentale à la fin. En début de set, le groupe doit se chauffer un peu (et ça s'entend). Il n'empêche que c'est un vrai plaisir de les entendre dans la première version de leur line-up (avec Piepp' à la guitare). On trouvera ici-même un autre extrait de ce concert et là, toutes les versions de "Dantzig". Le visuel qui illustre la vidéo est extrait du fanzine "5 francs" et représente Sandy, un temps la manageuse du groupe, qui a été mariée un peu plus tard à David, le chanteur de Seaton et Monkey Business. Une des "figures" du Bouloup Contingent.
-

A tous les lâches !

Voici un tître des Blessed Virgins que je n'ai pas réussi à identifier. Nous sommes le Vendredi 25 Avril 1986 à Issy-les-Moulineaux. Comme Frédéric, le chanteur, balance au début : "A tous les lâches qui un jour t'ont lâché" j'en ai déduit qu'il s'agissait du nom du morceau. J'imagine aussi qu'il s'agit d'un inédit des Vierges de Pontoise... Ou pas.
-

Et puisque l'on parle de Gamine

J'ai trouvé ce live de Gamine su YouTube qui doit correspondre à la même tournée que mon live à l'Elysée Montmartre !
-

Au tout début des Monkeys

Voici quelques photos extraites d'un micro bout de vidéo prise lors d'une répétition de ce qui n'était pas encore les Monkey Business. Pendant un week-end, David, Pascal, Yannick et Marc-André installèrent leurs amplis (et leurs guitares) dans le grenier d'une maison de campagne (celle des parents de Marc-André) à 50km de Paris. Pascal B. n'avait pas encore quitté le groupe et Bruno ne les avait pas encore rejoint !




Nous pourrions être des héros !

Un autre extrait du concert de Gamine à l'Elysée Montmartre en 1988. Il s'agit de "Heroes" une reprise de David Bowie. Ils ont enregistré une version live (à l'Ubu/Rennes en 1988) de ce tître sur le CD Single "Nos Sentiments". Ici, Gamine est à fond et fait trainer le morceau presque 10 minutes. Le son est très moyen mais quel plaisir de les réécouter ! En 1990, le groupe sort "Dreamboy" et se sépare dans la foulée... Mais, ça c'est 2 ans après !
-

La Souris Déglinguée

Nous sommes le 6 Mars 1987 au Fahrenheit (à Issy-les-Moulineaux). La Souris Déglinguée, à fond la caisse, interprète "Jamais, jamais"  extrait d'"Eddy Jones" (sorti l'année précédente)  :
"Jamais jamais jamais
Je ne t'oublierai
Car pour moi tu es,
Et tu seras la seule
Faudra-t-il pour toi
Que j'assassine et vole ?
Ou est-ce qu'il faudra
Que par le feu je m'immole"
-

Je me souviens de Philippe Pascal

Philippe Pascal nous a quitté aujourd'hui. Philippe a toujours été là, occupant constamment une partie de mon univers musical. D'abord avec Marquis de Sade puis avec Marc Seberg. Je me souviens de ce Chorus, un dimanche devant la télé, avec ces jeunes gens modernes qui chantaient l'Europe (en anglais et en allemand). La couverture d'Actuel - aussi - avec leurs papas et leurs mamans. Je me souviens de l'Olympia en délire pour un Marc Seberg épique et héroïque. Je me souviens de Plan sur la Comète, le fan club officiel. Je me souviens du Blue Train Choir et ce CD sur lequel nous avons travaillé avec notre copain Edouard. Philippe était un peu lessivé mais il avait ce "truc" unique. Un charisme de star qui avait survécu à la drogue. J'étais fier de travailler pour lui, même si ce n'était pas un client facile. Je me souviens de Philippe dansant sur "Beat It" de Michael Jackson au mariage de Cécile et Doudou. Car entretemps, il était devenu un proche d'Edouard, un "frère" de cœur. Je me souviens l'avoir croisé aux Batignoles pendant le festival et d'avoir échangé avec lui quelques mots chaleureux. C'était quelques temps après l'avoir vu en sueur sur la scène du Méry pour un concert soul, blues et inspiré. Je me souviens - enfin - d'avoir pris le train pour Rennes pour ce concert unique du divin Marquis. C'était "reparti" et il méritait plus que jamais cette reconnaissance tardive. Et puis, aujourd'hui, plus rien. On parle de suicide et je frémis. Car j'ai déjà perdu un proche de cette façon. Philippe laisse un vide inexpliqué au moment où tout semblait à nouveau possible. Voici quelques photos prises lors du concert du Blue Train Choir au Méry !



L2G

Pourquoi publier sur cet obscur artiste de variétés des années 80 ? Simplement parce qu'à la sortie de l'album (en 1982), j'ai été invité à son concert de lancement au Forum des Halles. C'était un de mes premiers concerts, tout seul comme un grand et j'en garde un très bon souvenir. Du concert et de l'album de ce Laurent de Gaspéris. A la réécoute, 37 ans après, c'est une autre paire de manche. On sent dans cet album l'influence (un poil laborieuse) d'un Bashung qui venait juste "d'exploser" entrainant avec lui des hordes de copieurs plus ou moins inspirés. Bien avant, L2G (pour les intimes) a œuvré pour un groupe prog. français années 70 : Treponem Pal (le même nom que le groupe industriel français). Laurent a aussi œuvré pour Odeurs et en temps que musicien de studio. Mais  revenons à cette tentative solo qui ne rencontra aucun succès ainsi que ses deux singles de 1984 et 1989. Idem du single sorti sous le nom de Docteur Jones. C'est donc en temps que "pro" (arrangeur, producteur, requin de studio... Etc.) que Gaspéris a fait carrière. On trouve dans son œuvre plutôt "diverse" un remix techno de "La Bonne du Curé" d'Annie Cordy ou la participation à un album des Gipsy Kings...
-

Le Duo Gagnant

Voici une photo plutôt rare du "Duo Gagnant" en mission dans une entreprise, un 21 Juin, pour la Fête de la Musique (et ce en pleine Coupe du Monde de Football - d'où l'uniforme). A la guitare Norbert E. et au saxophone baryton Jean-Yves S. ! On trouvera, en fouillant sur ce blog, de nombreuses démos de cette improbable formation !
-

L'Affrontement, non identifé !

Retrouvé sur une K7 appartenant à Gordon (le bassiste du groupe) voici un tître de l'Affrontement non identifié. J'offre un goodie* "bouloup" à celui ou celle qui pourra identifier cette chanson (à la rythmique qui n'est pas sans rappeler les grandes heures de Stiff Little Fingers) !
D'après les intéressés, il s'agirait de "BB 84", une chanson autour du clônage !
-

*Merci de m'envoyer votre proposition par mail "Contactez-nous", à droite un peu plus bas ! 

Daniel, Jean-Yves et Marc-André

Photo souvenir des Monkey Business en répétition. On y voit Jean-Yves au sax et Daniel à la trompette. Daniel est mort, il y a quelques années. Cette photo est donc un souvenir un peu douloureux et en même temps un hommage aux amis disparus ! 
-

Amnésie

Voici "Amnésie" un tître des Rita Mitsouko extrait de leur premier album. Nous sommes à Angers, pendant le mois de Juillet 1985 !
-

Wanderin' Robin

Voici un tître extrait "Too Much Class From The Neighbordhood" qui a été, comme toujours, composé par Dominique Laboubée, le frontman du groupe. Les Dogs ont toujours chanté dans un anglais approximatif. Dommage, leurs incursions dans la langue française ont toujours été couronnées d'un certain succès (je pense à leur tître "Les Secrets" ou bien à la collaboration avec Louise Féron). Au début de la chanson, Dominique (justement) présente leur nouveau guitariste : Antoine Masy-Périer qui n'est pas encore devenu Tony Truant. Ce concert correspond donc à un des tournants du groupe... Ce live a été enregistré au Palace à Paris, 15 Avril 1982 pour Radio 7.
-

Qu'y a-t-il dans une femme ?

Les Cramps pausent une question fondamentale : "Qu'y a-t-il dans une femme ?". Ce tître  sera enregistré pas le groupe, deux ans après, à l'occasion de leur "A Date With Elvis". Je ne resiste pas à citer une partie de leurs lyrics : "Whoa... There's some things baby I just can't swallow. Mama told me that girls are hollow. Uh-uh...What's inside a girl? Somethin's tellin' me there's a whole nuther world. Ya gotta pointy bra...ten inch waist. Long black stockings all over the place. Boots...buckles...belts outside."Il s'agit toujours de leur concert à l'Eldorado, le 6 Juin 1984. Le visuel qui illustre la vidéo est l'affiche originale de ce concert.
-


Les Clash à l'Elexir Festival

Voici deux morceaux emblématiques du groupe extraits de leurs premiers albums. Deux titres punk pour une formation tardive des Clash qui essaie de renouer avec cet esprit "pionnier".  Cette captation provient d'un concert à la radio d'où le son approximatif !
-

Hoochie Coochie Man

Le samedi 24 Juin 1989, à Cachan, tous les amis de François Alysse sont réunis pour fêter son anniversaire. Pour l'occasion, un gigantesque bœuf est organisé. La plupart des Stunners sont présents et y participent. Philippe, le chanteur et bien sûr Mickey Blow, l'harmoniciste des stars (Dick Rivers ou Little Bob). Ce coup-ci, ils s'attaquent à "Hoochie Coochie Man", le standard de Muddy Waters composé par Willie Dixon. Dans cette version François Alysse et Phillipe Bouchey chantent l'un après l'autre.
-

Petit hommage à un pote

En fouillant dans mes archives, j'ai trouvé quelques minutes de vidéo ou l'on voit Yannick, bassiste des Monkey Business, en pleine répétition. J'en profite pour lui rendre un petit hommage (mérité) et dévoiler ces quelques minutes plutôt touchantes. Yannick est assis ce qui était plutôt rare lorsqu'il répétait. A sa tête, on sent qu'il est un poil fatigué pour ne pas dire énervé... Yannick joue actuellement dans un power trio appelé "Lyar" !
-

Peut-être Jimmy Carter !

D'après les indications laissées par Gordon (bassiste de l'Affrontement), ce morceau s'appellerait "Jimmy Carter". Difficile de le confirmer. Voici la suite des aventures de nos punks pionniers. Gros son et gros bordel, une belle énergie en somme ! La photo qui illustre la vidéo a été prise lors d'un concert du groupe au Golf Drouot ! Le Golf a fermé en 1981... On en conclu qu'ils y ont joué, sans doute, en 1980. Ce temple du Rock français a permis à tous les pionniers du rock français ainsi que certaines figures mythiques (comme Gene Vincent ou Vince Taylor) de jouer.  Little Bob ou les Dogs ont pu également s'y exprimer ! La dite photo représente Gordon en pleine action !
-

Zombie Dance

Extrait du concert des Cramps à l'Eldorado le 6 Juin 1984, voici un classique du groupe : "Zombie Dance". Ce tître est extrait de leur LP : "Songs the Lord Taught Us" sorti en 1980. Ce n'est pas forcément la meilleure version en live de cette chanson.
-

Dolly & Co

Encore un extrait du mini album de Dolly & Co : "No One No Feeling" de 1992, voici "Let Me Real". Rappelons que Dolly & Co est une sorte de préquel à l'aventure Dolly.
-

Minuit Dansant

4e titre des Rita Mitsouko extrait de leur live à Angers en Juillet 1985. "Midnight Dancing" est un classique du groupe que l'on trouve sous le titre de "Minuit Dansant" sur leur 1er album et en single (avec des arrangements beaucoup plus ambitieux).
-

Words

9e titre live des Dogs extrait de leur concert au Palace, le 15 Avril 1982. Un concert "Radio 7" comme le jingle en début de morceau le laisse entendre. Cette chanson est présente sur leur album "Different" sorti chez Philips en 1979. La photo utilisée pour la vidéo est un "line-up" tardif du groupe qui n'est pas celui qui joue lors de ce concert...
-

Les Jours Futurs

Encore un titre oublié de Seaton. La photo qui illustre la vidéo est signée Fabrice Plas !
grace à lui, j'ai pu retrouver les noms exacts des musiciens (et pas leurs pseudos) :
Frederic Girard : Basse
Mohamed Bader : Batterie
David Rosane : Chant
Nicolas Dick : Guitare
Thierry Ringelstein : Guitare


Piepp' recolorisé !

Autre tentative de colorisation grâce à une application russe et hommage à Jean-Jacques, 1er guitariste de Cérémonies ! La photo originale est de Pascale de Laubier.
-

L'Affrontement et Panik LTDC

Grâce à une application russe (un projet pour recoloriser des photos de militaires soviétiques - d'où la chromie "terreuse") je me suis amusé à traiter cette photo rassemblant Panik LTDC et l'Affrontement à l'occasion d'un concert commun (dans l'île de Groix) !
-

Les Cramps (toujours) à l'Eldorado !

Je continue de publier les titres de ce concert des Cramps du 6 Juin 1984 à l'Eldorado. Une captation réalisée par mes soins à l'époque ! Cette fois-ci, voici cette chanson au tître impossible : "I Ain't Nuthin' But A Gorehound". Ce morceau est présent sur le LP New Rose "Smell of Female" sorti en 1983. Ce n'est donc pas une grosse découverte...
-

Un instrumental des Dogs

Voici un instrumental avec lequel les Dogs ouvrent leur concert du 15 Avril 1982 au Palace. Impossible d'identifier ce tître... Si jamais vous avez une idée, n'hésitez pas !
-

Desolated Tears

Voici un autre tître de Seaton... "Desolated Tears" est bien dans l'esprit de cette première maquette. Au bout d'une petite minute, la piste de gauche a, tout à coup, disparu. Il m'a fallu des trésors d'ingéniosité pour essayer de réparer ce désastre annoncé. Au final, je m'en suis pas trop mal sorti... 1 000 excuses pour ce petit buzz qui risque de gêner les audiophiles pointilleux ! Comme toujours, la photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Panik reprend Bashung

Sur leur dernier LP sorti en 2018, Panik LTDC reprend Alain Bashung. C'est assez drôle de penser que ces purs et durs adaptent un des fleurons de la variété française !
-

Le guitariste de Dolly

Voici une photo du guitariste de Dolly (Nicolas B.) prise à Solidays en 2002 !
-

Jour après Jour !

Il existe une vidéo sur YouTube de ce concert de Marc Seberg... Mais le son est beaucoup moins bien que cette captation faite à l'époque par le camarade Pascal B. (avec mon matos, il faut dire). Anyway, voici "Jour après Jour", un des tîtres "phares" du groupe rennais live au Printemps de Bourges en 1985 !
-

Peut-être un inédit des Rita Mitsouko

Je n'ai trouvé aucune trace discographique de ce "More Money" des Rita Mistouko joué en live à Angers en Juillet 1985. J'en ai donc conclu qu'il s'agit d'un vrai inédit du groupe... Ou pas. Et comme Rock & Folk fait sa couverture de septembre avec ce groupe, j'en profite pour publier ce morceau en espérant m'offrir facilement un peu de visibilité !
-

Shout !

Avec ce "Shout" s'achève le concert des Dogs au Palace (15 Avril 1982). Il s'agit bien sûr d'une reprise des Isley Brothers que le groupe enregistrera à l'occasion d'un mini album live (le bien nommé "Shout") trois ans plus tard ! On notera, au passage, la super pochette de cet album signé "Bobbi" et qui n'est pas sans rappeler le travail des Bazookas & co.
-

Dolly & Co, toujours et encore !

Voici un 3e extrait du EP de Dolly & Co ("No One No Feeling" de 1992). Cette formation précède l'avènement (si je puis dire) de Dolly, groupe rock français actif de 1995 à 2005 et qui s'est arrêté à la mort de leur bassiste Micka. Le visuel utilisé dans cette vidéo reprend le visuel original de ce mini album.
-

Brand New Cadillac

Voici "Brand New Cadillac" une reprise de Vince Taylor que les Clash ont enregistré à l'occasion du génial "London Calling". A l'époque, cette reprise avait fait beaucoup de bruit puisque ces punks puristes osaient élargir leur répertoire en s'attaquant aux "classiques" rock and roll du genre. Ici, il s'agit de la version 2.0 des Clash (sans Mick Jones ni Topper Headon) mise sur pied à l'occasion de la réalisation de l'album "This is England". Cette formation a toujours été considérée comme une parodie par tous les fans du groupe. Pour ma part, j'aimais bien leur côté "mur du son". Ici, il s'agit d'un extrait d'un concert donné au festival Elixir à Guehenno, le 15 Juillet 1985 et diffusé à la radio (d'où le son pourri du fait des "ondes courtes").
-

La suite des aventures de l'Affrontement !

Voici un autre tître de l'Affrontement, un poil tellurique et dissonant ! Je n'ai, malheureusement, pas le tître de ce morceau qui ne manque pourtant pas d'intérêt !  Même en écoutant à fond au casque, les paroles restent inaudibles. J'ai pu cependant "capter" ce que je crois être ce "Dans le sang". Je m'en vais, de ce pas, demander aux 2 seuls survivants de ce groupe "pionnier", leur avis. La photo qui illustre la vidéo est une photo représentant l'Affrontement Et Panik LTDC. Panik est encore en activité, 40 ans après. De la formation originale, il le ne reste que Christian (au chant). Ces "Troubadours du Chaos" viennent de sortir un album ainsi qu'un duo avec le chanteur Christophe (?).
-

The Chameleons à l'Eldorado !

Si il est un groupe que tous les bouloupiens ont écouté, c'est bien The Chameleons. Cette formation est, depuis, devenue "mythique"... Avec un M majuscule. Les Chaméléons avaient une forme de grâce et le sens des mélodies qui tuent. D'après Wikipedia : "The Chameleons est un groupe de post-punk britannique, originaire de Middleton, dans le Grand Manchester, en Angleterre. Le groupe se composait du chanteur et bassiste Mark Burgess, du guitariste Reg Smithies, du guitariste Dave Fielding, et du batteur John Lever. Le groupe se sépare une première fois en 1987, après trois albums, à la mort de leur manager Tony Fletcher, avant de se reformer en 2000. Ils enregistrent alors trois autres albums (deux unplugged, et une version studio), réalise une tournée, puis The Chameleons se séparent à nouveau. Le batteur John Lever meurt en mars 2017." Le 31 Mai 1985, les bouloupiens sont tous à l'Eldorado pour voir leur groupe fétiche. Ici, la setlist du concert. 4 jours avant, les Chameleons ont joué à Lyon. Voici un extrait de ce concert, à défaut d'avoir retrouvé leur concert parisien !
-

Marc Seberg, la balance !

Merci à Marquis Seberg (sans doute, le canal "officiel" animé - je crois - par le fils de Philippe Pascal) pour ce document télé visuel d'époque ! Il s'agit d'une "balance" de Marc Seberg avant un concert pour la fête de la musique. Concert auquel nous avions assisté, il me semble !
-

Domino

Le 6 Juin 1984, les Cramps jouent à l'Edorado, à Paris ! Concert intense et rock and roll mené par un Lux Interior très en forme qui n'hésite pas à dévoiler toutes les parties intimes de son anatomie. Cette fois-ci, il s'agit de "Domino" une reprise de Roy Orbison, période Sun Records que les Cramps ont enregistré pour leur "Gravest Hits".
-

Et hop, un 2e Surf Piranhas

Allez, vacances d'été obligent, voici le second morceau des Surf Piranhas extrait de la compilation Fireball. Ce "Skindriver" est un inédit qui n'apparait pas sur leur unique LP/CD. En fouillant un peu, je me suis aperçu que Jansen Press (guitare/chant) apparait sur un paquet de productions (Carrousel Vertigo, Jolynn Daniel, Ron Lasalie... Etc.)  toutes plus inconnues les unes que les autres. Drew Weaver (l'autre guitare/chant) a, de son côté, sorti plusieurs albums axés rockabilly/surf sous son propre nom dont un en France (Drew Weaver and the Vibrabeams "Mystic Rite") en 1987 avec le même batteur que les Surf Piranhas et Laurent de Gasperis à la guitare solo. Gasperis a fait une tentative de carrière solo à l'époque (L2G) et j'avais bien aimé son album...
-

Guernica

Guernica est le premier groupe de Loran, le guitariste des Béruriers Noirs. C'est sans doute pour ce fait d'arme que l'on se souvient de cette formation même si, en soi, elle ne manque pas d'intérêt. Pour ma part, j'avais le split album qu'ils ont sorti avec les Béruriers Noirs (chez shin product) sans savoir que les 2 formations partageaient le même guitariste. Les spécialistes du genre les qualifient de "post-punk minimaliste" et rien que le choix de leur nom situe tout suite l'ambiance générale. Quand les Bérus sont apparus sur la scène punk, j'étais un peu trop âgé pour adhérer complétement mais j'aimais bien leur démarche même si certains de leurs riffs me semblaient un peu trop pompés (sur Exploited et d'autres groupes de la seconde vague anglaise). Anyway, voici Guernica !
-

Suite des aventures de l'Affrontement !

2e tître extrait de la démo de l'Affrontement (ou Perfekt Affrontement d'après la K7). Ce "Banlieue Punk" porte bien son nom même si le rythme s'est ralenti (par rapport à leur reprise des Ramones). Le plan de guitare n'est pas sans rappeler celui de "The Passenger" d'Iggy Pop sorti en 1977. Très franchement, y'a pire comme influence et Iggy est et a été le papa des punks. La voix de Franck est plus grave que sur ses autres "exploits" attitude punk oblige. Je n'arrive toujours pas à réaliser que cette formation date de 1979 ou 1980... Elle intégre naturellement le style alors que pour la plupart des français, à l'époque, punk = Plastic Bertrand. Soit, une aimable plaisanterie sur laquelle on peut danser à la surboum de l'école. Depuis, Sonic Youth a repris "en main" le tube de Plastic pour en faire un morceau mythique et fondateur. Mais à l'époque... La plupart des groupes punk français ayant sorti un disque sonnaient soit comme du garage acidulé (le son des batteries, c'était quelque chose) soit comme du Television mal digéré (intellos obligent). Pas l'Affrontement et c'est ce qui fait la beauté de ces morceaux...
-

Seaton, première période !

2e tître extrait de que je crois être la première démo de Seaton, voici "November". Une chanson un peu plus fluide que le 1er tître déjà publié. Toujours très amusant d'entre la voix "de jeunesse" de notre David Rosane national ! Comme toujours, la photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Les Surf Piranhas

J'ai toujours adoré le rock instrumental à la Dick Dale. Le son de la reverb' et le touché d'une strat'. On n'a pas fait mieux ! Quand en 1984, les Surf Piranhas sortent leur LP sur Underdog, je l'achète de suite. Ce disque ("Both Side Of Surf") est un ovni dans le paysage musical de l'époque. Je ne sais pas grand chose de ce groupe si ce n'est qu'il comprend quelques américains exilés (et depuis repartis faire du surf) et que d'une façon ou d'une autre Coluche leur a filé un petit coup de main. Voici "Rockin' Dive Party", un titre chanté du groupe (?) que l'on trouve sur la compilation Fireball dont j'ai extrait François Alysse, les Stunners et De Luxe. Ce tître se retrouvera dans leur seul et unique LP mais dans une autre version. D'où l'intérêt de cette vidéo. Let's go surfin' !
-

Les Cramps et Andre Williams

Le 6 Juin 1984, les Cramps jouent à l'Edorado, à Paris ! Concert extrême, il suffit de voir les photos que j'utilise pour illustrer les vidéos pour s'en rendre compte. D'ailleurs, ce concert finira par une mini-émeute et une descente de police. Cette fois-ci, les Cramps s'attaquent au classique d'Andre Williams : "Bacon Fat". J'ai publié un featuring live d'Andre avec le groupe de John Spencer. Andre Williams est mort cette année mais il a classé ce titre dans le top Rythm'n'blues en 1957. Surnommé le "Black Godfather", Andre est connu pour son approche un peu "trash" et "salace". On lui doit aussi le classique "Soul" : Shake a Tail Feather.
-

Stygmat

Voici Stygmat, un groupe "dissident" du groupe dont je vous ai parlé l'autre jour : l'Affrontement ! Je n'ai que peu d'infos sur ce trio apparemment "New wave" et qui comprend Boubich, Bosniak et Gordon.Voici un premier tître dont je ne comprend pas les paroles (même au casque)... Est-ce de l'anglais ? Du français ? Difficile à dire ! J'imagine que le visuel qui accompagne la vidéo a été fait par Franck W. mais rien n'est moins sûr. Bref, peu ou pas d'infos sur Stygmat qui se définit comme du "Rock Trop"
-

Jivin' Instructors (4)

Ah désolé, pris dans le mouvement, j'avais oublié de publier ce tître live des Jivin' Instructors qui se trouve en 3e position sur leur démo. Avec cette publication s'achève ce que j'avais en réserve sur le groupe. On pourra se rendre sur MySpace si l'on souhaite un peu plus de Néo-swing originel bien avant que ce mouvement déboule aux USA !
-

L'Affrontement, au début !

Il m'a fallu attendre 40 ans pour entendre, pour la première fois, l'Affrontement ou "Perfekt Affrontement" selon la K7 audio d'époque. Le groupe est constitué de Pascal Bouris, lead guitare (dit Boubich, le Commandant Jack Détergent) fondateur du mouvement bouloupien, Jean-Jacques Frochtman (dit Piep', Johnny Valstar) guitare rythmique, Eric Bouris (frère de Pascal, dit Bosniak Cornelius le Gerbonaute) à la batterie, Franck Waroquier (dit Tom Carbone) chant, Hervé Hénocq (dit Gordon Gossips rapport à la série les Mystères de l'Ouest) à la basse. Premier tître publié, une reprise des Ramones, le fameux :"Blitzkrieg Bop". Sachant que les Ramones l'ont publié en 1976, en France, en 45 tours, c'est plutôt héroïque et rafraichissant d'entendre cette reprise. Les Ramones sont, en 1979, très, très underground et loin d'être devenu une marque de tee-shirt que l'on trouve parfois chez C&A. Le Punk Rock existe déjà  depuis quelques années dans notre beau pays avec des groupes comme Asphalt Jungle ou Métal Urbain. Ces groupes sont loin de l'approche punk rock originelle. L'Affrontement n'a rien d'arty, ni de parisien. C'est une bande de teenagers issue de la banlieue qui a découvert ce courant musical et tout de suite adhéré. Si leur répertoire est punk, le groupe lorgne déjà vers une approche plus new-wave du style Cure. Pour preuve, un bœuf entendu qui sonne un peu dans le genre. Mais L'Affrontement est  punk pour le fun et/ou pour la dimension subversive. Le groupe va tourner (un peu) et jouer au Golf Drouot (qui fermera en 1981). L'Affrontement sera le premier groupe (punk) à jouer sur l'île de Groix. Gordon, à qui on doit ces documents, m'a raconté une anecdote plutôt amusante : " La K7 a été enregistrée sur mon vieux poste Panasonic des année 76 soit disant stéréo dans l'usine de feu mon parrain de chaudronnerie au 1er étage avec escalier en bois, donc tout un périple pour monter tout le matos (batterie, amplis, guitares, etc.) et Piep', véritable Pierre Richard, avait déclenché le démarrage des machines en appuyant sur ce je sais quel bouton. Panique à bord, mais on a réussit a tout stopper a temps." Si un jour, on publie une nouvelle anthologie du punk en France, le groupe mérite d'y figurer ! Dernier point, la qualité sonore de l'enregistrement laisse parfois à désirer... Pas de problème, c'est l'esprit de l'époque !
-

2e K7 de Seaton

J'attaque la seconde maquette audio de Seaton. La pochette faite main est de plus bel effet. Seule indication, un tître : "Songs of The Soul". Chaque face porte un nom et c'est par la face "The Songs" que j'ai attaqué. Voici "A Piece Of The Dawn". Même si il n'y a pas d'indication de dates, on comprend à l'écoute que ces enregistrements datent d'avant les enregistrement studios 87/88. La voix de David bien que reconnaissable est toute fluette quant au jeu du guitariste Toto Rigelstein, il est lui aussi assez... Fluet. On reste dans une ambiance très new-wave qui n'est pas sans me rappeler "Spear of Destiny".  Cette démo a été enregistrée à Jouques (petite ville près d'Aix) au Studio de l'Angoisse dont je n'ai trouvé aucune trace sur Internet. La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Les Cramps à l'Eldorado

2e extrait du concert des Cramps à l'Eldorado à Paris. Voici "Sinners", une reprise de Freddie & The Hitch-Hikers. Nous sommes en 1984 et ils n'enregistreront ce tître qu'en 1994 pour leur album "Flame Job". Ce concert et la tournée qui va avec correspondent au retour du groupe au devant de la scène rock, après de longs démêlés avec leur premier label : Irs Records. Ils viennent de sortir leur live "Stay Sick" chez New Rose et ils sont chauds comme la braise. Je garde un très bon souvenir de ce concert un poil extrême puisque le public énervé cassa tous les sièges et les portes vitrées à la fin du concert. La photo qui illustre la vidéo provient de ce concert et illustre plutôt bien la prestation à base de vin et de terre mélangés que nous a délivré Lux !
-

Panik LTDC, une maquette de 1993

Nous avons beaucoup fréquenté Panik, ne serait-ce que parce que Christian (le chanteur) est le frère de Bruno, batteur de Cérémonie et Monkey Business. Les Monkey ont joué en concert avec eux et plus récemment, David Rosane et les Zookeepers aussi. Voici une petite démo inédite du groupe datant de 1993 !
-

L'anniversaire de François Alysse

Je continue de "tracer" les aventures de François Alysse. J'ai déjà diffusé plusieurs morceaux issus du gigantesque bœuf organisé avec les Stunners à Cachan, chez West Image pour son anniversaire. Pour cette occasion, François avait enregistré une chanson, sorte d'auto-célébration, drôle, mégalo et complétement étrange. Là voici... Grâce à cet auto-hommage adressé à sa grande personne, j'ai pu retrouvé l'année : 1989, l'âge de François d'alors : 35 ans et la date précise : le 24 Juin ! Beaucoup d'infos qu'il me manquait. Je n'ai aucun souvenir de cette chanson mais plus rien ne m'étonne à posteriori. Cette Chanson du 35e anniversaire, sonne comme du Dutronc sous acide avec une pointe de Nino Ferrer ! Plutôt pas mal. Pourquoi n'avoir pas poussé dans cette direction ? La photo qui illustre la vidéo a été pris bien avant, sans doute autour de ses 18 ans.
-

Les Rois Fainéants

Il y a quelques jours, une bonne âme a publié sur YouTube une vidéo des Rois Fainéants à Côte d'Amour le 20 Février 1985 ! Deux tîtres "live"comme on les aime...
-

Iridaes, entre clacissime et modernité !



Une de mes passions musicales a pour nom "l'Outsider Music". Pour faire court, ce domaine rassemble tous les musiciens et artistes qui ont la capacité de s'inventer en dehors de tous repères possibles, des modes ou de courants musicaux existants. Ces artistes "entendent" quelque chose qu'ils sont seuls à entendre et souhaitent le partager avec le monde entier. C'est Florence Foster Jenkins qui s'imagine chanteuse d'opéra ou les Shaggs qui enregistrent un album après un mois de répétition, sans jamais avoir pratiqué un instrument de musique. Ces deux-là sont devenus des super stars du genre. Pour creuser le sujet, je vous invite à lire "Songs in the key of Z" et d'écouter les CD qui vont avec. Bref, c'est de l'Art Brut version musicale.

Dans mon entourage, j'ai fait la connaissance d'une possible incarnation de cet "Outsider Music". Il ne s'agit pas pour moi de me moquer facilement mais plutôt de rendre une sorte d'hommage à ce "loner" de la musique instrumentale. Un jeune homme d'une trentaine d'années nommé Iridaes (on comprendra que ce n'est pas son nom de naissance). Iridaes a, à son actif, 4 albums de musique instrumentale qui se situe quelque part entre la musique new-age, le néo-classique, Tangerine Dream, Saint-Preux, Richard Clayderman ou Jean-Michel Jarre (des années 70).  4 albums auto-produits, bien sûr.

Ce qui est impressionnant c'est la construction de ce personnage... Entre mage mystique (on pense à un cousin de Raël) et musicien multi-instrumentiste de génie des années 70 avec le nom qui va bien. Son flyer le définie de cette façon : "Iridaes fait partie des musiciens qui considèrent  le synthétiseur comme un véritable instrument. A tel point que la nature électronique de celui-ci finit par s'effacer pour laisser place à l'essentiel : la musique. Elégante, mélodieuse et raffinée, elle virevolte entre classicisme  et modernité, nimbée d'un halo délicieusement  irréel. Pianos, cordes, tintements cristallins, nappes éthérées... Les sonorités alternent et s'entremêlent au fil d'un discographie déjà riche de 4 albums. S'ajoute à celà un goût prononcé pour l'élégance et la fantaisie visuelle. Loin de se limiter à la musique, Iridaes développe un véritable univers. Un voyage au bout du rêve, où se déclinent toutes les nuances de l'émotion." Je ne vais pas faire une explication de texte mais le style de cet écrit colle complétement avec le contenu musical et dévoile un fantasme d'universalité qui est loin de coïncider avec le genre musical. Il s'excuse aussi de jouer du synthétiseur qui par le Passé n'était pas considéré comme un véritable instrument. Ceci dit, aujourd'hui, n'importe quel artiste de variété sort son DX7 reconditionné pour faire "branché" et à la mode. Sa "fantaisie visuelle" (c'est lui qui fait tout même les visuels) est également utlra-datée et peut évoquer au mieux Era et au pire la cover d'un album de Klaus Schulze sorti dans les années 70.  Ce qui est étonnant et qui le fait rentrer directement dans la catégorie "Outsider Music" c'est le fait qu'il ne se pause pas la question du professionnalisme de ses réalisations. Il se considère d'abord comme un artiste et en temps que tel (et du fait de "son art"), il n'a pas vraiment besoin de l'apport d'autres : musiciens, producteurs, ingé. sons... Etc. D'ailleurs, il le dit dans son flyer "Iridaes fait partie des musiciens". Il n'est pas un amateur éclairé, non un "musicien", un pro. quoi.  Ce qui me fait dire - aussi - qu'un concert d'Iridaes doit furieusement ressembler à ses CD.

Ce qui est également très beau chez Iridaes, c'est qu'il n'y a aucun second degré et que ce texte de présentation (par exemple) est à prendre pour argent comptant. En fait, il nous arrive tout droit du Passé via une faille spacio-temporelle. Ce qui est touchant enfin, c'est le peu d'intérêt que l'on porte à sa musique que je crois pourtant authentique. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder le nombre de vues sur ses vidéos YouTube. Pire que celles que je publie pour mon blog. C'est tout dire. Pour en savoir plus, on peut aller sur son site web ou bien ici-même. En complément, la vidéo qui va bien avec un Iridaes en chemisette ce qui force le respect ! 
-

Elvis, hardcore !

Aimer Elvis Presley, c'est rentrer dans la secte secrète des adorateurs de ce dieu du Rock and Roll. On admire autant sa musique que sa vie qui résume si bien l'American Way Of Life. Né dans la misère, notre homme a pu s'élever socialement grâce à un de ses dons : la Musique. Il a beaucoup travaillé et a gagné pas mal d'argent. Bien sûr, on oublie de préciser qu'il n'a jamais reçu de vraie éducation même quand il en a eu les moyens... Et que l'argent sans un certain goût né du savoir peut déboucher sur... Elvis. Aux USA, il est toujours l'objet d'un culte et il n'est pas rare de trouver dans certains magasins un rayon dédié qui offre la possibilité d'acheter des salières, des montres, des portefeuilles, des... Etc. Elvis. Sa discographie n'est globalement qu'un assemblage de singles, plus ou moins bien fait. Parfois, la distance donne une certaine grâce à ces assemblages. C'est le cas de ses 2 ou 3 premiers LP. Parfois, ces assemblages sont plutôt calamiteux. Je pense à tous les"My way" et autres "Elvis Now !" plutôt dispensables. Mais tout ceci ne sont que des détails, car au final, reste la voix et la fulgurance des certaines de ses chansons. J'avoue aimer Elvis depuis toujours et je me suis demandé quel pouvait être l'absolu du collectionneur quand on aimait le King. Je suis arrivé à la conclusion que l'on était prêt à collectionner jusqu'à son message de répondeur. Et c'est justement ce que j'offre à mes gentils lecteurs. On peut trouver ce message sur 2 ou 3 bootlegs et même sur YouTube. Mais la version que je publie aujourd'hui, je l'ai édité moi-même avec tout le soin (et l'amour) possible.
-

Les Désaxés, toujours !

Voici 2 morceaux que les Désaxés semblaient enchainer quand ils les jouaient en live. Ces 2 morceaux apparaissent également sur leur unique album sorti sur Réflexes. Le premier tître est un original du groupe, le second est une reprise de Françoise Hardy datant de 1964. Ce "Je Veux Qu'il Revienne" est lui-même une adaptation en français d'un succès du groupe anglais : les Vernon Girls. C'est Charles Blackwell qui est à l'auteur de ce tube. Un producteur bien connu qui a fricoté avec Joe Meeks au début de sa carrière. Ce concert a été diffusé sur RFI, ondes courtes, à l'époque. D'où le son un peu pourri...
-