Jour après Jour !

Il existe une vidéo sur YouTube de ce concert de Marc Seberg... Mais le son est beaucoup moins bien que cette captation faite à l'époque par le camarade Pascal B. (avec mon matos, il faut dire). Anyway, voici "Jour après Jour", un des tîtres "phares" du groupe rennais live au Printemps de Bourges en 1985 !
-

Peut-être un inédit des Rita Mitsouko

Je n'ai trouvé aucune trace discographique de ce "More Money" des Rita Mistouko joué en live à Angers en Juillet 1985. J'en ai donc conclu qu'il s'agit d'un vrai inédit du groupe... Ou pas. Et comme Rock & Folk fait sa couverture de septembre avec ce groupe, j'en profite pour publier ce morceau en espérant m'offrir facilement un peu de visibilité !
-

Shout !

Avec ce "Shout" s'achève le concert des Dogs au Palace (15 Avril 1982). Il s'agit bien sûr d'une reprise des Isley Brothers que le groupe enregistrera à l'occasion d'un mini album live (le bien nommé "Shout") trois ans plus tard ! On notera, au passage, la super pochette de cet album signé "Bobbi" et qui n'est pas sans rappeler le travail des Bazookas & co.
-

Dolly & Co, toujours et encore !

Voici un 3e extrait du EP de Dolly & Co ("No One No Feeling" de 1992). Cette formation précède l'avènement (si je puis dire) de Dolly, groupe rock français actif de 1995 à 2005 et qui s'est arrêté à la mort de leur bassiste Micka. Le visuel utilisé dans cette vidéo reprend le visuel original de ce mini album.
-

Brand New Cadillac

Voici "Brand New Cadillac" une reprise de Vince Taylor que les Clash ont enregistré à l'occasion du génial "London Calling". A l'époque, cette reprise avait fait beaucoup de bruit puisque ces punks puristes osaient élargir leur répertoire en s'attaquant aux "classiques" rock and roll du genre. Ici, il s'agit de la version 2.0 des Clash (sans Mick Jones ni Topper Headon) mise sur pied à l'occasion de la réalisation de l'album "This is England". Cette formation a toujours été considérée comme une parodie par tous les fans du groupe. Pour ma part, j'aimais bien leur côté "mur du son". Ici, il s'agit d'un extrait d'un concert donné au festival Elixir à Guehenno, le 15 Juillet 1985 et diffusé à la radio (d'où le son pourri du fait des "ondes courtes").
-

La suite des aventures de l'Affrontement !

Voici un autre tître de l'Affrontement, un poil tellurique et dissonant ! Je n'ai, malheureusement, pas le tître de ce morceau qui ne manque pourtant pas d'intérêt !  Même en écoutant à fond au casque, les paroles restent inaudibles. J'ai pu cependant "capter" ce que je crois être ce "Dans le sang". Je m'en vais, de ce pas, demander aux 2 seuls survivants de ce groupe "pionnier", leur avis. La photo qui illustre la vidéo est une photo représentant l'Affrontement Et Panik LTDC. Panik est encore en activité, 40 ans après. De la formation originale, il le ne reste que Christian (au chant). Ces "Troubadours du Chaos" viennent de sortir un album ainsi qu'un duo avec le chanteur Christophe (?).
-

The Chameleons à l'Eldorado !

Si il est un groupe que tous les bouloupiens ont écouté, c'est bien The Chameleons. Cette formation est, depuis, devenue "mythique"... Avec un M majuscule. Les Chaméléons avaient une forme de grâce et le sens des mélodies qui tuent. D'après Wikipedia : "The Chameleons est un groupe de post-punk britannique, originaire de Middleton, dans le Grand Manchester, en Angleterre. Le groupe se composait du chanteur et bassiste Mark Burgess, du guitariste Reg Smithies, du guitariste Dave Fielding, et du batteur John Lever. Le groupe se sépare une première fois en 1987, après trois albums, à la mort de leur manager Tony Fletcher, avant de se reformer en 2000. Ils enregistrent alors trois autres albums (deux unplugged, et une version studio), réalise une tournée, puis The Chameleons se séparent à nouveau. Le batteur John Lever meurt en mars 2017." Le 31 Mai 1985, les bouloupiens sont tous à l'Eldorado pour voir leur groupe fétiche. Ici, la setlist du concert. 4 jours avant, les Chameleons ont joué à Lyon. Voici un extrait de ce concert, à défaut d'avoir retrouvé leur concert parisien !
-

Marc Seberg, la balance !

Merci à Marquis Seberg (sans doute, le canal "officiel" animé - je crois - par le fils de Philippe Pascal) pour ce document télé visuel d'époque ! Il s'agit d'une "balance" de Marc Seberg avant un concert pour la fête de la musique. Concert auquel nous avions assisté, il me semble !
-

Domino

Le 6 Juin 1984, les Cramps jouent à l'Edorado, à Paris ! Concert intense et rock and roll mené par un Lux Interior très en forme qui n'hésite pas à dévoiler toutes les parties intimes de son anatomie. Cette fois-ci, il s'agit de "Domino" une reprise de Roy Orbison, période Sun Records que les Cramps ont enregistré pour leur "Gravest Hits".
-

Et hop, un 2e Surf Piranhas

Allez, vacances d'été obligent, voici le second morceau des Surf Piranhas extrait de la compilation Fireball. Ce "Skindriver" est un inédit qui n'apparait pas sur leur unique LP/CD. En fouillant un peu, je me suis aperçu que Jansen Press (guitare/chant) apparait sur un paquet de productions (Carrousel Vertigo, Jolynn Daniel, Ron Lasalie... Etc.)  toutes plus inconnues les unes que les autres. Drew Weaver (l'autre guitare/chant) a, de son côté, sorti plusieurs albums axés rockabilly/surf sous son propre nom dont un en France (Drew Weaver and the Vibrabeams "Mystic Rite") en 1987 avec le même batteur que les Surf Piranhas et Laurent de Gasperis à la guitare solo. Gasperis a fait une tentative de carrière solo à l'époque (L2G) et j'avais bien aimé son album...
-

Guernica

Guernica est le premier groupe de Loran, le guitariste des Béruriers Noirs. C'est sans doute pour ce fait d'arme que l'on se souvient de cette formation même si, en soi, elle ne manque pas d'intérêt. Pour ma part, j'avais le split album qu'ils ont sorti avec les Béruriers Noirs (chez shin product) sans savoir que les 2 formations partageaient le même guitariste. Les spécialistes du genre les qualifient de "post-punk minimaliste" et rien que le choix de leur nom situe tout suite l'ambiance générale. Quand les Bérus sont apparus sur la scène punk, j'étais un peu trop âgé pour adhérer complétement mais j'aimais bien leur démarche même si certains de leurs riffs me semblaient un peu trop pompés (sur Exploited et d'autres groupes de la seconde vague anglaise). Anyway, voici Guernica !
-

Suite des aventures de l'Affrontement !

2e tître extrait de la démo de l'Affrontement (ou Perfekt Affrontement d'après la K7). Ce "Banlieue Punk" porte bien son nom même si le rythme s'est ralenti (par rapport à leur reprise des Ramones). Le plan de guitare n'est pas sans rappeler celui de "The Passenger" d'Iggy Pop sorti en 1977. Très franchement, y'a pire comme influence et Iggy est et a été le papa des punks. La voix de Franck est plus grave que sur ses autres "exploits" attitude punk oblige. Je n'arrive toujours pas à réaliser que cette formation date de 1979 ou 1980... Elle intégre naturellement le style alors que pour la plupart des français, à l'époque, punk = Plastic Bertrand. Soit, une aimable plaisanterie sur laquelle on peut danser à la surboum de l'école. Depuis, Sonic Youth a repris "en main" le tube de Plastic pour en faire un morceau mythique et fondateur. Mais à l'époque... La plupart des groupes punk français ayant sorti un disque sonnaient soit comme du garage acidulé (le son des batteries, c'était quelque chose) soit comme du Television mal digéré (intellos obligent). Pas l'Affrontement et c'est ce qui fait la beauté de ces morceaux...
-

Seaton, première période !

2e tître extrait de que je crois être la première démo de Seaton, voici "November". Une chanson un peu plus fluide que le 1er tître déjà publié. Toujours très amusant d'entre la voix "de jeunesse" de notre David Rosane national ! Comme toujours, la photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Les Surf Piranhas

J'ai toujours adoré le rock instrumental à la Dick Dale. Le son de la reverb' et le touché d'une strat'. On n'a pas fait mieux ! Quand en 1984, les Surf Piranhas sortent leur LP sur Underdog, je l'achète de suite. Ce disque ("Both Side Of Surf") est un ovni dans le paysage musical de l'époque. Je ne sais pas grand chose de ce groupe si ce n'est qu'il comprend quelques américains exilés (et depuis repartis faire du surf) et que d'une façon ou d'une autre Coluche leur a filé un petit coup de main. Voici "Rockin' Dive Party", un titre chanté du groupe (?) que l'on trouve sur la compilation Fireball dont j'ai extrait François Alysse, les Stunners et De Luxe. Ce tître se retrouvera dans leur seul et unique LP mais dans une autre version. D'où l'intérêt de cette vidéo. Let's go surfin' !
-

Les Cramps et Andre Williams

Le 6 Juin 1984, les Cramps jouent à l'Edorado, à Paris ! Concert extrême, il suffit de voir les photos que j'utilise pour illustrer les vidéos pour s'en rendre compte. D'ailleurs, ce concert finira par une mini-émeute et une descente de police. Cette fois-ci, les Cramps s'attaquent au classique d'Andre Williams : "Bacon Fat". J'ai publié un featuring live d'Andre avec le groupe de John Spencer. Andre Williams est mort cette année mais il a classé ce titre dans le top Rythm'n'blues en 1957. Surnommé le "Black Godfather", Andre est connu pour son approche un peu "trash" et "salace". On lui doit aussi le classique "Soul" : Shake a Tail Feather.
-

Stygmat

Voici Stygmat, un groupe "dissident" du groupe dont je vous ai parlé l'autre jour : l'Affrontement ! Je n'ai que peu d'infos sur ce trio apparemment "New wave" et qui comprend Boubich, Bosniak et Gordon.Voici un premier tître dont je ne comprend pas les paroles (même au casque)... Est-ce de l'anglais ? Du français ? Difficile à dire ! J'imagine que le visuel qui accompagne la vidéo a été fait par Franck W. mais rien n'est moins sûr. Bref, peu ou pas d'infos sur Stygmat qui se définit comme du "Rock Trop"
-

Jivin' Instructors (4)

Ah désolé, pris dans le mouvement, j'avais oublié de publier ce tître live des Jivin' Instructors qui se trouve en 3e position sur leur démo. Avec cette publication s'achève ce que j'avais en réserve sur le groupe. On pourra se rendre sur MySpace si l'on souhaite un peu plus de Néo-swing originel bien avant que ce mouvement déboule aux USA !
-

L'Affrontement, au début !

Il m'a fallu attendre 40 ans pour entendre, pour la première fois, l'Affrontement ou "Perfekt Affrontement" selon la K7 audio d'époque. Le groupe est constitué de Pascal Bouris, lead guitare (dit Boubich, le Commandant Jack Détergent) fondateur du mouvement bouloupien, Jean-Jacques Frochtman (dit Piep', Johnny Valstar) guitare rythmique, Eric Bouris (frère de Pascal, dit Bosniak Cornelius le Gerbonaute) à la batterie, Franck Waroquier (dit Tom Carbone) chant, Hervé Hénocq (dit Gordon Gossips rapport à la série les Mystères de l'Ouest) à la basse. Premier tître publié, une reprise des Ramones, le fameux :"Blitzkrieg Bop". Sachant que les Ramones l'ont publié en 1976, en France, en 45 tours, c'est plutôt héroïque et rafraichissant d'entendre cette reprise. Les Ramones sont, en 1979, très, très underground et loin d'être devenu une marque de tee-shirt que l'on trouve parfois chez C&A. Le Punk Rock existe déjà  depuis quelques années dans notre beau pays avec des groupes comme Asphalt Jungle ou Métal Urbain. Ces groupes sont loin de l'approche punk rock originelle. L'Affrontement n'a rien d'arty, ni de parisien. C'est une bande de teenagers issue de la banlieue qui a découvert ce courant musical et tout de suite adhéré. Si leur répertoire est punk, le groupe lorgne déjà vers une approche plus new-wave du style Cure. Pour preuve, un bœuf entendu qui sonne un peu dans le genre. Mais L'Affrontement est  punk pour le fun et/ou pour la dimension subversive. Le groupe va tourner (un peu) et jouer au Golf Drouot (qui fermera en 1981). L'Affrontement sera le premier groupe (punk) à jouer sur l'île de Groix. Gordon, à qui on doit ces documents, m'a raconté une anecdote plutôt amusante : " La K7 a été enregistrée sur mon vieux poste Panasonic des année 76 soit disant stéréo dans l'usine de feu mon parrain de chaudronnerie au 1er étage avec escalier en bois, donc tout un périple pour monter tout le matos (batterie, amplis, guitares, etc.) et Piep', véritable Pierre Richard, avait déclenché le démarrage des machines en appuyant sur ce je sais quel bouton. Panique à bord, mais on a réussit a tout stopper a temps." Si un jour, on publie une nouvelle anthologie du punk en France, le groupe mérite d'y figurer ! Dernier point, la qualité sonore de l'enregistrement laisse parfois à désirer... Pas de problème, c'est l'esprit de l'époque !
-

2e K7 de Seaton

J'attaque la seconde maquette audio de Seaton. La pochette faite main est de plus bel effet. Seule indication, un tître : "Songs of The Soul". Chaque face porte un nom et c'est par la face "The Songs" que j'ai attaqué. Voici "A Piece Of The Dawn". Même si il n'y a pas d'indication de dates, on comprend à l'écoute que ces enregistrements datent d'avant les enregistrement studios 87/88. La voix de David bien que reconnaissable est toute fluette quant au jeu du guitariste Toto Rigelstein, il est lui aussi assez... Fluet. On reste dans une ambiance très new-wave qui n'est pas sans me rappeler "Spear of Destiny".  Cette démo a été enregistrée à Jouques (petite ville près d'Aix) au Studio de l'Angoisse dont je n'ai trouvé aucune trace sur Internet. La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Les Cramps à l'Eldorado

2e extrait du concert des Cramps à l'Eldorado à Paris. Voici "Sinners", une reprise de Freddie & The Hitch-Hikers. Nous sommes en 1984 et ils n'enregistreront ce tître qu'en 1994 pour leur album "Flame Job". Ce concert et la tournée qui va avec correspondent au retour du groupe au devant de la scène rock, après de longs démêlés avec leur premier label : Irs Records. Ils viennent de sortir leur live "Stay Sick" chez New Rose et ils sont chauds comme la braise. Je garde un très bon souvenir de ce concert un poil extrême puisque le public énervé cassa tous les sièges et les portes vitrées à la fin du concert. La photo qui illustre la vidéo provient de ce concert et illustre plutôt bien la prestation à base de vin et de terre mélangés que nous a délivré Lux !
-

Panik LTDC, une maquette de 1993

Nous avons beaucoup fréquenté Panik, ne serait-ce que parce que Christian (le chanteur) est le frère de Bruno, batteur de Cérémonie et Monkey Business. Les Monkey ont joué en concert avec eux et plus récemment, David Rosane et les Zookeepers aussi. Voici une petite démo inédite du groupe datant de 1993 !
-

L'anniversaire de François Alysse

Je continue de "tracer" les aventures de François Alysse. J'ai déjà diffusé plusieurs morceaux issus du gigantesque bœuf organisé avec les Stunners à Cachan, chez West Image pour son anniversaire. Pour cette occasion, François avait enregistré une chanson, sorte d'auto-célébration, drôle, mégalo et complétement étrange. Là voici... Grâce à cet auto-hommage adressé à sa grande personne, j'ai pu retrouvé l'année : 1989, l'âge de François d'alors : 35 ans et la date précise : le 24 Juin ! Beaucoup d'infos qu'il me manquait. Je n'ai aucun souvenir de cette chanson mais plus rien ne m'étonne à posteriori. Cette Chanson du 35e anniversaire, sonne comme du Dutronc sous acide avec une pointe de Nino Ferrer ! Plutôt pas mal. Pourquoi n'avoir pas poussé dans cette direction ? La photo qui illustre la vidéo a été pris bien avant, sans doute autour de ses 18 ans.
-

Les Rois Fainéants

Il y a quelques jours, une bonne âme a publié sur YouTube une vidéo des Rois Fainéants à Côte d'Amour le 20 Février 1985 ! Deux tîtres "live"comme on les aime...
-

Iridaes, entre clacissime et modernité !



Une de mes passions musicales a pour nom "l'Outsider Music". Pour faire court, ce domaine rassemble tous les musiciens et artistes qui ont la capacité de s'inventer en dehors de tous repères possibles, des modes ou de courants musicaux existants. Ces artistes "entendent" quelque chose qu'ils sont seuls à entendre et souhaitent le partager avec le monde entier. C'est Florence Foster Jenkins qui s'imagine chanteuse d'opéra ou les Shaggs qui enregistrent un album après un mois de répétition, sans jamais avoir pratiqué un instrument de musique. Ces deux-là sont devenus des super stars du genre. Pour creuser le sujet, je vous invite à lire "Songs in the key of Z" et d'écouter les CD qui vont avec. Bref, c'est de l'Art Brut version musicale.

Dans mon entourage, j'ai fait la connaissance d'une possible incarnation de cet "Outsider Music". Il ne s'agit pas pour moi de me moquer facilement mais plutôt de rendre une sorte d'hommage à ce "loner" de la musique instrumentale. Un jeune homme d'une trentaine d'années nommé Iridaes (on comprendra que ce n'est pas son nom de naissance). Iridaes a, à son actif, 4 albums de musique instrumentale qui se situe quelque part entre la musique new-age, le néo-classique, Tangerine Dream, Saint-Preux, Richard Clayderman ou Jean-Michel Jarre (des années 70).  4 albums auto-produits, bien sûr.

Ce qui est impressionnant c'est la construction de ce personnage... Entre mage mystique (on pense à un cousin de Raël) et musicien multi-instrumentiste de génie des années 70 avec le nom qui va bien. Son flyer le définie de cette façon : "Iridaes fait partie des musiciens qui considèrent  le synthétiseur comme un véritable instrument. A tel point que la nature électronique de celui-ci finit par s'effacer pour laisser place à l'essentiel : la musique. Elégante, mélodieuse et raffinée, elle virevolte entre classicisme  et modernité, nimbée d'un halo délicieusement  irréel. Pianos, cordes, tintements cristallins, nappes éthérées... Les sonorités alternent et s'entremêlent au fil d'un discographie déjà riche de 4 albums. S'ajoute à celà un goût prononcé pour l'élégance et la fantaisie visuelle. Loin de se limiter à la musique, Iridaes développe un véritable univers. Un voyage au bout du rêve, où se déclinent toutes les nuances de l'émotion." Je ne vais pas faire une explication de texte mais le style de cet écrit colle complétement avec le contenu musical et dévoile un fantasme d'universalité qui est loin de coïncider avec le genre musical. Il s'excuse aussi de jouer du synthétiseur qui par le Passé n'était pas considéré comme un véritable instrument. Ceci dit, aujourd'hui, n'importe quel artiste de variété sort son DX7 reconditionné pour faire "branché" et à la mode. Sa "fantaisie visuelle" (c'est lui qui fait tout même les visuels) est également utlra-datée et peut évoquer au mieux Era et au pire la cover d'un album de Klaus Schulze sorti dans les années 70.  Ce qui est étonnant et qui le fait rentrer directement dans la catégorie "Outsider Music" c'est le fait qu'il ne se pause pas la question du professionnalisme de ses réalisations. Il se considère d'abord comme un artiste et en temps que tel (et du fait de "son art"), il n'a pas vraiment besoin de l'apport d'autres : musiciens, producteurs, ingé. sons... Etc. D'ailleurs, il le dit dans son flyer "Iridaes fait partie des musiciens". Il n'est pas un amateur éclairé, non un "musicien", un pro. quoi.  Ce qui me fait dire - aussi - qu'un concert d'Iridaes doit furieusement ressembler à ses CD.

Ce qui est également très beau chez Iridaes, c'est qu'il n'y a aucun second degré et que ce texte de présentation (par exemple) est à prendre pour argent comptant. En fait, il nous arrive tout droit du Passé via une faille spacio-temporelle. Ce qui est touchant enfin, c'est le peu d'intérêt que l'on porte à sa musique que je crois pourtant authentique. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder le nombre de vues sur ses vidéos YouTube. Pire que celles que je publie pour mon blog. C'est tout dire. Pour en savoir plus, on peut aller sur son site web ou bien ici-même. En complément, la vidéo qui va bien avec un Iridaes en chemisette ce qui force le respect ! 
-

Elvis, hardcore !

Aimer Elvis Presley, c'est rentrer dans la secte secrète des adorateurs de ce dieu du Rock and Roll. On admire autant sa musique que sa vie qui résume si bien l'American Way Of Life. Né dans la misère, notre homme a pu s'élever socialement grâce à un de ses dons : la Musique. Il a beaucoup travaillé et a gagné pas mal d'argent. Bien sûr, on oublie de préciser qu'il n'a jamais reçu de vraie éducation même quand il en a eu les moyens... Et que l'argent sans un certain goût né du savoir peut déboucher sur... Elvis. Aux USA, il est toujours l'objet d'un culte et il n'est pas rare de trouver dans certains magasins un rayon dédié qui offre la possibilité d'acheter des salières, des montres, des portefeuilles, des... Etc. Elvis. Sa discographie n'est globalement qu'un assemblage de singles, plus ou moins bien fait. Parfois, la distance donne une certaine grâce à ces assemblages. C'est le cas de ses 2 ou 3 premiers LP. Parfois, ces assemblages sont plutôt calamiteux. Je pense à tous les"My way" et autres "Elvis Now !" plutôt dispensables. Mais tout ceci ne sont que des détails, car au final, reste la voix et la fulgurance des certaines de ses chansons. J'avoue aimer Elvis depuis toujours et je me suis demandé quel pouvait être l'absolu du collectionneur quand on aimait le King. Je suis arrivé à la conclusion que l'on était prêt à collectionner jusqu'à son message de répondeur. Et c'est justement ce que j'offre à mes gentils lecteurs. On peut trouver ce message sur 2 ou 3 bootlegs et même sur YouTube. Mais la version que je publie aujourd'hui, je l'ai édité moi-même avec tout le soin (et l'amour) possible.
-

Les Désaxés, toujours !

Voici 2 morceaux que les Désaxés semblaient enchainer quand ils les jouaient en live. Ces 2 morceaux apparaissent également sur leur unique album sorti sur Réflexes. Le premier tître est un original du groupe, le second est une reprise de Françoise Hardy datant de 1964. Ce "Je Veux Qu'il Revienne" est lui-même une adaptation en français d'un succès du groupe anglais : les Vernon Girls. C'est Charles Blackwell qui est à l'auteur de ce tube. Un producteur bien connu qui a fricoté avec Joe Meeks au début de sa carrière. Ce concert a été diffusé sur RFI, ondes courtes, à l'époque. D'où le son un peu pourri...
-

The Jivin' Instructors (3)

Voici un 2e morceau extrait de la démo des Jivin' Instructors. Ce coup-ci, on est dans une approche un peu plus rock and roll ! Même si globalement, le son néo-swing est toujours bien présent. Cette démo a été enregistrée en live au Albany Empire à Londres en 1986. Sur la photo qui illustre la vidéo, on aperçoit à droite un homme chauve avec des lunettes noires. Je me souviens clairement de lui parce que, lors de leur concert, il était en col roulé et en costard, avec une grande chaine autour du cou. Ce look beatnick m'avait fait une forte impression.
-

Et voici Deluxe

Deluxe est présent sur la compilation "Fireball" d'où j'ai déjà extrait deux tîtres des Stunners et deux tîtres de François Alysse. Ce "I Need A Girl" est dans une veine garage comme on les aime : crad' et bien enlevée. Je me suis donc intéressé à Deluxe. Je n'ai trouvé que très peu d'infos sur eux. Ils sont originaires de Caen (d'où leur présence sur "Fireball"). Ils ont sorti, un peu après cette compil', un single deux tîtres autoproduit. On trouve également sur Facebook, un groupe qui leur ai dédié parce qu'ils ont sorti un album, il y a quatre ans... Toujours autoproduit (et dans la même veine, écoutable sur bandcamp). J'en ai profité pour piquer le visuel qui illustre la vidéo. Le chanteur s'appelle "Agranier" comme la chanteuse des Etc's. Je me souviens qu'à l'époque Véronique (Agranier) m'avait dit que l'un de ses cousins faisait du garage et avait sorti un single. Bref, le Monde est petit même si je ne pense pas que c'est le cousin en question... Voici les Deluxe ! 
-

Un différent "moi"

Je continue de publier des morceaux extraits du live des Dogs au Palace, le 15 Avril 1982. Ce concert a été diffusé sur Radio 7 d'où le jingle que l'on entend au tout début du morceau."A Different Me" est un autre classique du groupe composé, cette fois-ci, par leur frontman Dominique Laboubée. On le trouve sur leur LP "Different" de 1984 sorti sur Closer. La photo qui illustre la vidéo date d'avant ce concert puisqu'il manque leur lead guitariste : Tony Truant. Tony a, depuis, fait une carrière en solo et surtout rejoint les rangs de Wampas.
-

S. N.

Allez, je ne résiste pas à l'envie de republier un autre morceau extrait de l'album auto-produit du Baron Rouge. Ce "S. N." est un peu plus mélodieux mais reste dans l'approche de ce groupe catalogué, je ne sais pas pourquoi, comme "punk". En fait, j'aime bien leur côté "à l'arrache" et un peu brouillon.
-

Le 2e trailer de Jean-Marc

On a beau avoir passé les 50 ans, on n'en reste pas moins un passionné de musique. Après avoir œuvré dans les Nouveaux Monstres, Marc-André et Jean-Yves, soit "Jean-Marc"  ont décidé de s'axer principalement sur le live. Ils travaillent depuis quelques années sur un nouveau répertoire jouable en live et constitué de reprises : Beastie Boys, Devo, Pil ou... Nouveaux Monstres. Dans ce trailer c'est un bout de "Who Do You Love ?" (Bo Didley) que l'on découvre sans le chant. Brigitte Marjo étant basée à Rennes, elle ne répète avec eux que de temps en temps. Ils ont pour projet d'enregistrer une démo avant de tourner un peu !
-

Dernière démo 87/88 de Seaton

Et de 4 ! Voici la dernière démo de Seaton extraite du sobrement intitulé "Studio 87/88". Je sais que mon ami David (chanteur du groupe) déteste que l'on compare mais dans ce cas précis, la guitare de Toto Ringelstein m'a fortement fait  penser au glam gothique de Bauhaus. Peut-être le son, peut-être la façon de jouer, anyway... Ici s'achève la comparaison. Encore une fois, ce "Yellow Fever" est intense et habité, laissant un peu de côté la qualité de la mélodie. Qu'importe. On sent la fièvre monter ! Comme toujours, la photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Le retour des Specials





Le 27 Septembre 2011, les Specials jouent à L'Olympia à Paris. Un concert que j'attends depuis... euh... l'achat de leur premier album en 1979. Plus de 30 ans d'attente donc et hop, le groupe black and white est de retour, presque sans une ride (non j'rigole !). Sans Jerry Dammers mais avec Terry Hall ! Un Terry Hall un poil cynique sur scène. Il semble être là presque à contre-cœur. On se dit que ses multiples formations post-Specials ne lui ont pas apporté le succès qu'il attendait et méritait légitimement. Il est peut-être temps de trouver l'apaisement et de pouvoir payer ses impôts. Terry est un poil bouffi mais il chante avec une vraie intensité. Bref, pour moi, c'est le bonheur des retrouvailles.
-

Avant Dolly, Dolly & Co

2e extrait du mini album de Dolly & Co (formation pré-Dolly) voici "Really Got You". Un titre qui sent bon le groupe français ayant trop écouté de rock américain ou anglais. Quelque chose de passe-partout qui sonne vaguement Kinksien. Musicalement, c'est très réussi avec des guitares et des harmonies qui feront, un peu plus tard, le son et la renommée de Dolly. Emmanuelle Monet à son top même si la photo utilisée pour la vidéo ne la met pas vraiment en valeur !
-

Je suis réel !

Je continue de publier des morceaux extraits du live des Dogs au Palace, le 15 Avril 1982. Ce concert a été diffusé sur Radio 7 d'où le jingle que l'on entend au tout début du morceau. Ce tître est extrait de leur album "Different" de 1979. Apparemment, c'est Jim Valley qui est l'auteur de "I'm Real" plus connu pour avoir été le guitariste de Paul Revere & the Raiders. On connaît la passion des Dogs pour le rock "garage" américain. Ce tître semble être un passage obligé pour le groupe puisqu'il est déjà présent en version live dans la compilation "Frenchrockmania" (surtout connue pour le duo Bijou/Gainsbourg). 
-

Je ne peux pas être satisfait !

Nous sommes le 24 Juin 1989 à Cachan et c'est l'anniversaire de François Alysse. Les Stunners sont présents (ainsi que le Fricotins) et un gigantesque boeuf est organisé. Cette fois-ci, c'est à une reprise de Muddy Waters que s'attaque la joyeuse assemblée. Par contre, aucune idée de qui officie au chant. Ce n'est ni François, ni Philippe (le chanteur des Stunners). Aucune idée - également - de qui joue de la guitare. Peut-être Rachid, le guitariste des Stunners, peut-être François Alysse.  La photo qui illustre la vidéo a été prise au Lucernaire lors d'une série de concerts de François, accompagné par les Stunners. Concert qui devait coïncider (peut-être) à la sortie de son 45 Tours chez Phonogram. Peut-être 1986 mais j'ai la mémoire qui flanche...
-

Le Feu de Seaton

Continuons notre exploration des démos 87/88 du groupe Seaton. Voici "Fire", une chanson intense et habitée dans un style typique de l'époque et de certains groupes. La voix de David est grave et à la limite de l'audible par moments ! J'adore (et oui!) la guitare - elle aussi - habitée de Toto Ringelstein. Une belle réussite ! Comme toujours, la photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

The Jivin' Instructors (2)

- -

The Jivin' Instructors

Le 10 Mars 1989, j'assiste au Fahrenheit (à Issy-les-Moulineaux) à un concert d'un groupe anglais complétement inconnu : les Jivin' Instructors. Les Jivin' jouent du rock qui lorgne vers le Swing et le Jump blues. Bien avant le mouvement revivaliste swing américain qui nous a donné Big Bad Woodoo Daddy ou Squirrel Nut Zippers. Je me rappelle avoir été fasciné par ces puristes et leur son tellement anachronique. Depuis, on trouve quelques vidéos sur YouTube et de l'info sur le Professor  Palmermoff qui officiait au piano (et qui offre ses service pour animer vos événements). En fouillant sur le web, j'ai pu me procurer leur démo enregistrée live. Il existe d'autres tîtres sur leur Bandcamp et sur Last Fm... Et c'est tout ! Pas d'albums, pas de bio... Rien. Un autre mystère musical !
-

Encore une version de "N'importe quoi" !

Voici le dernier morceau de la démo des Chinaski's feat. Dgé à la guitare, Gordon à la basse, Christou à la batterie et Pascal B. à la guitare rythmique. Ce "N'importe quoi" est à la base un morceau de Cérémonie dont il existe au moins 3 versions. Là c'est une des nombreuses versions des Chinaski's avec et c'est à noter, quelques modifications dans les paroles, d'où un nom légèrement différent. Une très jolie version où Franck excelle au chant et Dgé à la guitare !
-

Les Specials et Rico Rodriguez

Un des tubes fondateurs des Specials "A message to you Rudy" est l'œuvre de Dandy Livingstone et date de 1967. Sur cet enregistrement original joue une autre légende du ska, le tromboniste Rico Rodriguez. C'est donc tout naturellement que les Specials l'invitent sur leur propre enregistrement et à les suivre en tournée. Ils iront même jusqu'à le signer sur leur label, lui aussi fondateur, "2 Tone Records". Sur ce label Rico enregistre 2 albums : That man is forward (1981) et Jama Rico (1982). Bref, j'imagine que les Specials lorsqu'ils partent en tournée avec cette légende décident d'inclure dans leur set ce morceau du répertoire de Rico : "Man From Wareika". Ce tître est également le tître du premier album solo de Rico Rodriguez enregistré en 1976 pour Island. D'où cette captation live des Specials à New-York en Mars 1980.  Je ne pense pas que les Specials est réalisé  leur propre version studio de ce tître. Rico est mort en 2015 et a été connu du grand public anglais grâce à sa participation au show de Jools Holland. Il existe une vidéo où le grand orchestre de Jools Holland accompagne Prince Buster et notre homme Rico prend le solo."Man From Wareika", encore une rareté des Specials !
-

Ludwig Von 88

Un blog sur le rock indé français des années 80 ne peut pas faire l'impasse sur les Ludwig Von 88. Je n'ai jamais vraiment accroché sur cette formation punk et franchouille ! D'après le blog Hardcore-Punk.net : " Ludwig Von 88 débute sa carrière en 1986 crée par Fabrice Barthelon (chant), Bruno Garcia (guitare et chant), Karim Berouka (chant) et Laurent Manit (basse). Originaire de Paris les Ludwig Von 88 est l'un des groupes les plus populaires dans le milieu alternatif français. Une similitude peut être faite avec les Berurier Noir, en effet le style théatral de Ludwig Von 88 fait penser à nos bons vieux punk nationaux (il faut savoir qu'à l'origine les Ludwig Von 88 est crée en 1983 par Olaf)." Pour avoir le détail de la carrière de ce monument, je vous invite à lire cet article dans sa totalité !  Alors,  pourquoi parler d'un groupe que l'on n'aime pas ? Et bien d'abord pour faire bien et ensuite, il se trouve que j'ai récupéré les 2 morceaux de leur premier single auto-produit et que celui que j'ai publié ne semble pas encore apparaître sur YouTube !  Donc, voici de quoi faire plaisir à mes amis punks !
-

Sometimes, I feel !

Voici le dernier morceau de la 2e démo des Monkey Business, dans son jus et à la bonne vitesse. Cette démo a été enregistrée en live au studio Amadeus quelques temps avant que le groupe ne se sépare. Simple et direct, le groupe a abandonné ses envies de pop et de surf...
-

Lucrate Milk

Lucrate Milk est, sans doute, le premier groupe de la vague indé. Un archétype que tout le monde connaît mais que personne n'écoute. Il faut dire que leur musique est difficile d'approche. Dissonante, hâchée, gueulante... D'après Wikipedia : "Lucrate Milk est formé de façon virtuelle entre 1977 et 1978 . « On a inventé le nom, le logo, le lettrage, et on a commencé à bombarder les murs de Paris », expliquent-ils. Ce n'est qu'à partir de 1979 que le groupe se forme physiquement. Lucrate Milk se compose alors de Laul Lombrick, (bassiste futur dessinateur pour les Béru), Masto Lowcost (sax) photographe qui rejoindra ensuite les Bérurier Noir et Washington Dead Cats), Nina Childress (qui fait ensuite carrière comme peintre, membre du collectif Frères Ripoulin, professeur en écoles d'art), Raoul Gaboni (batterie, plus tard dans MKB, Ouloumboutou et dans le collectif des Bateleurs de Bakouo) et Helno (chant, plus tard avec les Bérurier Noir et Les Négresses Vertes). Lombrick et Masto Lowcost étaient livreurs de lait avant la formation du groupe. Une sorte de who's who du rock de l'époque.  Ce morceau est extrait d'un live du groupe datant de 1986 et est assez rare (mais si le tître est connu). D'ailleurs, ça me revient, dans une autre vie, nous avons croisé les Frères Ripoulin lors d'une fête hallucinée et hallucinante.
-

Bashung au Casino de Paris

Le Mercredi 26 Janvier 1983, Alain Bashung joue au Casino de Paris son "Play Blessures" (co-écrit avec Gainsbourg). Ambiance sombre et rock and roll. J'y étais. Mon amie Pascale de Laubier, à qui on doit ce magnifique cliché, aussi !
-

Les Nouveaux Monstres dans Technikart

En Novembre 1997, grâce à la complicité de Benoît Sabatier, devenu depuis le journaliste que l'on connaît, le 1er CD des Nouveaux Monstres apparaît dans la rubrique musique du Technikart N°17. Un  coup de pouce plutôt sympathique d'autant que le CD n'est pas distribué !
-

Robot Dancing

Je continue l'exploration du "Tome 2" des Rois Fainéants."Robot Love" est encore un morceau de soul dans la grande tradition du genre. Rapide et racé toujours dans un anglais qui sent bon la France. -

Le visuel du Mini Cooper Gang

Voici le visuel de la démo du Mini Cooper Gang (que je trouve plutôt réussi). A priori, cette démo ne comprend pas le "Teenage Killer" que j'ai publié l'autre jour mais plutôt "Sex Maniac" que j'ajoute en bonus ! 
-

Le retour du Mini Cooper Gang

Dans mon post précédent, j'évoquais le come-back du Mini Cooper Gang. Voici leur concert en images animées du 31 Mai 2015 au Canadian Café.
-

Mini Cooper Gang

En direct de Tours, voici le Mini Cooper Gang... Un combo garage dans la plus grande tradition du genre. En surfant sur internet, je suis tombé par le plus grand hasard sur un tître de cet intéressant combo. Et je ne sais pas... ça ma juste "parlé". Le groupe, fondé en 1990, a duré 5 ans. Le temps d'enregistrer une démo et de participer à un split single. En 2015, ils se sont reformés pour quelques concerts. Voici un extrait de leur démo "Teenage Killer", à savoir le tître portant le même nom !
-

مكناس Blues

Continuons notre exploration des démos 87/88 du groupe Seaton. Cette fois-ci, voici "Meknes Blues". Un tître efficace et de bonne tenue mais qui ressemble peut-être un peu trop aux autres chansons de leur répertoire déjà entendues. On appréciera cependant l'intro parlée particulièrement jolie. Meknès est une ville au nord du Maroc. Est-ce la localisation de ce blues épique ? Il faudrait que je mène l'enquête et demande à l'auteur... La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Ausweis

Ausweis est un groupe new wave que j'ai beaucoup écouté. J'ai adoré leur virage reggae (typique de notre génération) et notamment leur album avec Puppa Leslie. La Cantatrice Chauve présente le groupe de cette façon : "Musicalement, un groupe très intéressant avec des racines Cold Wave et Punk, et, chose rare chez les groupes français qui pratiquent ce style, un chanteur qui a une voix digne de ce nom !". Extrait de leur 1ere démo voici "Berlin" qui sera ré-enregistré plus tard pour un album.
-

Un très bon tître des Stunners

D'après le blog Auguste Marshal : " les Stunners en Live, c'était avant tout une énergie rock'n'roll aux accents parfois rythm'n'blues. Mais ce groupe, qui avait tout pour devenir un Dr Feelgood à la française, splitte après un unique LP "Rockomondo". Mickey Blow jouera avec Johnny Thunders et Dick Rivers. Il officie désormais avec le Blues Bastard Band de Little Bob. Quant à Philippe Bouchey, il devient prof de français dans un bahut de la région parisienne. Je vous dit, le Rock mène à tout..." Philippe écrira un livre "Le Guide du Rock" que l'on peut acheter ici-même. J'ai déjà pas mal parlé du groupe puisqu'ils étaient des potes de François Alysse et présents (tous les deux) sur la compilation Fireball sortie en 1981. Voici "I've Got A Song" plutôt tubesque et présent sur la dite compil'.
-

Jean-Marc

Après les Nouveaux Monstres, Jean-Yves et Marc-André ont formé "Jean-Marc". Un seul objectif : faire du live. Leur répertoire est essentiellement constitué de reprises de groupes garage et new-wave, ainsi que des Nouveaux Monstres. Dans ce petit clip, on entend un bout de "My Brother The Man" de We The People. Bien sûr, il manque un ingrédient essentiel. Le chant de Brigitte Marjo. En attendant, voici un avant-goût.
-

Demolition Party

Demolition Party est le groupe de Franck War et Dgé. Deux ex-Cérémonies et ex-Chinaski's. Je ne dirai jamais assez bien de cette formation pop, rock et new-wave au son original et bien dans son temps. J'éviterai également de les comparer. En vérité, je suis bien en mal de trouver la référence qui va bien. La production de leurs démos est toujours ultra-soignée et d'une très grande qualité. J'avoue ne jamais les avoir vu en live. Je ne suis pas encore prêt pour ce retour vers le Futur. Mais un jour ou l'autre, il me faudra absoluement franchir ce cap !
-

Stereo Child

Après l'aventure Monkey Business, David Rosane retrouve ses camarades de Seaton. Ils enregistrent et font quelques concerts sous le nom de Stereo Child. Puis, David met sa carrière musicale entres parenthèses, le temps d'explorer l'Amazonie, de vivre à New-York et de faire un enfant. Voici l'intégrale des morceaux du groupe... Beaucoup plus rock (et grunge) que les Seaton originaux. Plutôt cool. Certains thèmes avaient été proposés aux Monkeys (sans plus de succès), d'autres ont été enregistrés chez Jean Taxi (là où les Monkeys ont enregistré leur première maquette). Mais ici s'arrête les similitudes entre les deux groupes. Toto, le guitariste, formera, quelques années plus tard, les French Zookeepers avec David. Quant à Bob, le batteur, il jouera avec Blade quelques temps. Dernière anecdote, le visuel est l'œuvre de Dgé. Ex-Cérémonies, ex-Chinaski's et actuel guitariste de Demolition Party. C'est un petit monde !
-

Baron Rouge

J'ai vu Baron Rouge en live, il y a de siècles. Sans doute à Issy-les-Moulineaux, au Fahrenheit. J'ai vérifié, ils y sont passés mais impossible de trouver une date précise. Je me souviens d'avoir adoré leur prestation scénique, leur petit côté Stranglers et leur étrange énergie. J'ai longtemps cherché une trace discographique de ce groupe. Jusqu'à il y a peu. Je suis "tombé" sur cet album auto-produit au visuel plutôt sympatoch'. Ils ont également participé à une compilation punk. Punk ? Bizarre, on les classifie dans ce genre et d'après mes souvenirs, ils étaient tout... Sauf punk. Bref, ne gâchons pas notre plaisir. Voici le Baron Rouge et leur étrange chanteur !
-

3e et dernière démo des Specials

J'ai publié précédemment une version du dub de ce tître des Specials. Voici la version avec chant de cette chanson dont on trouve la version définitive sur la face B de leur hit single "Ghost Town". Un cadeau pour tous les fans avec un passage "toasté" que je trouve vraiment excellent.
-

Encore une démo de François Alysse

Encore une démo oubliée de François Alysse. François était particulièrement fier du tître de ce morceau un poil suranné (aujourd'hui). Peut-être qu'avec une bonne production... Mais bon avec des "Si"!!! L'image qui illustre la vidéo a été prise (encore) à une fête d'anniversaire dans une agence de com à Puteaux. Les Monkey Business avaient joué (ont aperçoit leur batterie dans le fond) et les Chinaki's aussi. Je me souviens que le frère de François devait jouer mais que pris dans le mouvement, les groupes se sont succédés sans lui laisser de créneau. Un drame humain.  Il y avait un jeune baba cool qui jouait des percussions qui ressemblaient à des couilles séchées (dont le surnom que nous lui avons donné) et qui essayait désespérément d'accompagner les Monkeys. Sur la photo, François joue sur sa Martin à l'origine lie de vin qu'il avait fait repeindre en vert d'eau et on aperçoit Mickey Blow et Philippe des Stunners !
-

Contact

Je n'ai trouvé absolument aucune information sur Contact, un groupe français typiquement années 80. Un album sorti chez "Caapare" en 1984 au compteur et c'est tout. Deux autres références sortiront sur ce label : "Ice" et un album hommage à Bob Marley. Ce "Contact" sonne d'époque et le design de la pochette suppose une vraie volonté de modernité pour ce groupe qui pause derrière un piano. Une énigme donc et un groupe passé aux oubliettes... Agréable et un poil naïf !
-

Lucie

La "Lucie" des Chinaski's fait, bien sûr, un parallèle avec celle qui est considérée comme la première femme de l'Humanité. D'après Wikipedia "Lucy constitue le premier fossile relativement complet (conservé à 40 %, avec 52 fragments osseux) qui ait été découvert pour une période aussi ancienne, et a révolutionné notre perception des origines humaines, en démontrant que l’acquisition de la bipédie datait d'au moins 3,2 millions d’années". C'est donc d'éternel féminin dont il s'agit. Mais cette Lucie est diablement moderne pour une australopithèque. De la pop comme j'aime avec Dgé qui tricote comme jamais sur sa guitare.
-

Tues la Joie

Nouveau morceau des Rois Fainéants extrait de "Tome 2". "Kill Joy" est un morceau de soul dans la grande tradition du genre. Rapide et racé mais chanté dans un anglais qui sent bon la France. Seul point faible de ce trio aux deux tiers féminin.
-

Celle que je préfère !

Après avoir publié quelques extraits en concert des Désaxés sur Facebook, j'ai enfin pu identifier d'où provenait ce live. il s'agit d'un concert au Rex Club diffusé sur RFI datant - peut-être - de 1985. Ce "Celle que je préfère" est sorti en 1987 en single chez Philips et est la BO du film 7e Ciel !
-

3e Dogs

3e morceau des Dogs, live au Palace le 15 Avril 1982. Cette fois-ci, il s'agit d'un morceau un peu moins connu extrait de "Too Much Class For The Neighborhood". Ce "Poisoned Town" envoie du pâté garage comme on l'aime ! Ce tître semble être un morceau original du groupe.
-

Bip Song

Provenant des mêmes sessions dont j'ai déjà extrait "C'est l'Hiver !" et "Idées Sombres", voici "Bip Song". Un classique des "Chinaski's" que je trouve un peu moins réussi. Peut-être que la justesse du chant y est pour quelque choses - du moins, le rapport guitare lead/chant ! On sent que Franck bataille pour se placer.
-

Plus d'infos sur Nana & Co

Retrouvé dans le LP "1" de Nana & Co, voici le dossier de presse qui a accompagné la parution de l'album.
-

Dolly & Co

J'ai découvert par hasard Dolly, lors d'un concert à Solidays. Bien sûr, leur mélange pop et grunge en français m'a tout de suite plu et accroché. Je les ai revu quelques mois plus tard, sur une scène parisienne (peut-être le Bataclan). La mort de leur bassiste, membre fondateur du groupe, a mis un terme à leur aventure. Et c'est, bien sûr, dommage pour le rock français. Voici une première mouture du groupe : Dolly & Co (après Dolly Bird). C'est toujours Emmanuelle Monet au chant et c'est extrait d'un mini album. (sorti en 1992) intitulé "No One No Feeling" plus ou moins autoproduit et soutenu par FR3 Ouest. Bon, on est loin des accroches mélodiques de Dolly mais l'énergie est déjà là et le groupe en gestation !
-

St James Infirmery

Nous sommes le 24 Juin 1989 à Cachan et c'est l'anniversaire de François Alysse. Pour la circonstance, les Stunners sont là et aussi Les Fricotins. Un gigantesque bœuf est organisé dans le studio photo de la société West Image à cachan. En fouillant sur le profil Facebook de François Alysse, je suis tombé sur la photo qui illustre cette vidéo (et que je publie ci-dessous). Une photo prise pendant cet anniversaire où l'on voit François embrasser sa fille Julia. Derrière Mickey Blow et le bassiste des Stunners, un certain Alain Bentabou. Ce qui est drôle, c'est le commentaire de François qui parle de "balance" et qui sous-entend un concert avec les Stunners comme backing band. A-t-il oublié que toute la bande (et sa femme de l'époque Pearl) s'était mise en 4 pour lui faire plaisir ce jour-là et organiser cette fête surprise ? D'ailleurs la Télécaster qu'il a en main appartient toujours à Marc-André (Fricotins, Nouveaux Monstres, Monkey Business, Blade... Etc.). Sacré François qui ne se souvient plus de ses anniversaires et des copains qui lui ont rendu service ou fait plaisir !  Voici un extrait de ce bœuf et une reprise du classique de Louis Armstrong. Ce "St James Infirmery" est aussi une des chansons préférées de Bob Dylan qu'il a détouné pour écrire "Blind Willie Mc Tell". On sait que François est le fan N°1 de Bob Dylan et qu'une grande partie de sa culture musicale provient de cette passion. Ceci expliquant celà !
-

Seaton en studio

Extrait d'un sobrement intitulé "Studio 87/88", voici une version de "Devotion" de Seaton. J'ai déjà publié une version live beaucoup plus longue de cette compo. Ce tître fait donc aussi partie d'un ensemble de 4 chansons enregistrés en studio. Un morceau comme on les aimait à l'époque et qui a plutôt bien traversé le temps avec son intro parlée. En découvrant toutes ces démos de Seaton je me suis rendu compte que le groupe adorait les variations de tempo et les structures compliquées. La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Cocaïne

Nous sommes le 24 Juin 1989 à Cachan et c'est l'anniversaire de François Alysse. Pour la circonstance, les Stunners sont là et aussi Les Fricotins. Un gigantesque bœuf est organisé. J'ai déjà publié 2 morceaux extraits de cette fête, les deux étaient chantés par Philippe (Stunners) avec Mickey Blow à l'harmonica. Dans cette reprise de "Cocaïne" de JJ Cale, c'est François Alysse qui se colle au chant et à la guitare rythmique. Un second guitariste officie mais je ne me souviens pas de qui. Peut-être Rachid (guitariste des Stunners) mais rien n'est moins sûr !
-

Tome 2

Après avoir publié la quasi-intégrale du maxi 33 tours des Rois Fainéants, c'est à leur album "Tome 2" que je m'attaque. Si les 2 tubes "Social Case" et "Born to Fornicate" sont déjà disponibles sur YouTube depuis un moment, les autres titres méritent que l'on y jette une oreille. On est toujours dans une soul classique et chantée en anglais. Ce qui n'a pas joué en la faveur de ce trio aux 2/3 féminins. D'après le site Rock Made In France : "Avec une section cuivre en séances studio, Les Rois Fainéants développent un vrai Rhythm’n’blues. C’est loin d’être une évidence lorsque l’on se souvient que Pamela Popo et Tolim Toto viennent de la scène punk et plus précisément des Lou’s, seule formation féminine française du genre. Un peu plus rock sur scène (et pour cause), le trio au deux tiers féminin réussit à tourner au cœur des années 80 dans des clubs minables, mais également en ouverture de Téléphone et de David Bowie. De quoi élargir l’auditoire sans pour autant trouver l’ouverture". La photo qui illustre la vidéo est extraite de la pochette intérieure de l'album. 
-

Seaton (4)

Dernier extrait du live de Seaton au Rockstore Odéon à Montpellier en Octobre 1988. Encore une fois dans un style "new-wave" épique. Sur le site de Lylo, on présente David Rosane (le chanteur du groupe) de cette façon : "Chercheur-ornithologue-journaliste-écrivain le jour, protest-songwriter écolo la nuit, David Rosane, originaire du Vermont (USA), serait peut-être le chaînon manquant entre Lou Reed, Tom Waits, Nick Cave et Ian McCulloch, sa participation à de nombreux groupes (David & Lucie, Neon Campfire, OD, Blade, Stereo Child, Monkey Business, Seaton, Almost et bien d’autres encore...) pourrait en témoigner. Il serait aisé de le classer dans votre discothèque entre Springsteen, Orbison, Dylan, Guthrie, Bonnie Prince Billie et Joseph Arthur." Dont acte ! Voici "Clumsy Clown", un tître très long de ce groupe originaire d'Aix-en-Provence. La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Idées Sombres

2e tître extrait de la démo 4 Tîtres des Chinaski's, voici "Idées Sombres". J'ai déjà publié une version que l'on peut écouter ici ! Est-ce la même version ? Difficile à dire. Le son est bien meilleur que "C'est l'Hiver" publié il y a peu mais pourtant extrait de la même session. Encore une fois, la voix et les textes de Franck font merveille. A l'époque, les Chinaski's et les Monkey Business se tiraient un peu la bourre. Il faut dire que les Monkeys se la "pétaient" pas mal et qu'en réponse les Chinaskis n'hésitaient pas à les provoquer un peu... Des bons souvenirs !
-

Et de 3 à la bonne vitesse !

3e morceau des Monkey Business extrait de leur maquette"Makin' money with the Monkey Business", voici "Cabbage soup". C'est bien sûr un hommage au film de Louis de Funes "La Soupe Aux Choux". C'est également un souvenir ramené de St Malo où le groupe avait loué un gîte pour une semaine de concerts et de répétitions (à cette occasion ils avaient joué un concert à Rennes et un à St Malo). Le gîte était au milieu de champs de choux qui avaient pourri du fait d'un temps trop clément. L'odeur était insupportable ! Sur le chemin du retour, quelque part en Bretagne, Marc-André avait croisé dans une station-service, le légendaire Link Wray (accompagne du non moins légendaire Vincent Palmer). Saisi par cette soudaine apparition, Marc-André resta pétrifié et dû envoyer sa fiancé lui demander une autographe.
-

Richard III

En complément de mon post sur Bikini, voici deux titres de Richard III. Cette formation typiquement new-wave/punk a pas mal tourné à l'époque. C'est d'ailleurs étrange que je ne l'ai jamais vu sur scène. Elle a sorti une démo en K7 en 1986 et est devenue "mondialement connue" grâce à sa participation au Crass Records Bullshit Detector n°3 ! 
-

Bikini

J'avais acheté, à l'époque, cet album de Bikini sans vraiment savoir qui ils étaient. La pochette m'avait tapé dans l'œil. Bikini s'inscrit dans le courant revival Mods et lorgne souvent du côté du Style Council (mais en français). Ce Lp "Swing" est sorti en 1985 et a été enregistré aux studios Garage. Bikini est originaire d'Anthony et était proche d'une autre formation qui avait une certaine notoriété : Richard III. L'album est plutôt sympa malgré un chanteur qui est souvent à côté. Dommage. J'ai sélectionné cette reprise de Jacques Brel qui m'a toujours plu. Je ne manquerai pas de publier d'autres morceaux de Bikini et de leurs copains, les Richard III.
-

Des remix des Rois Fainéants (3)

3e remix et ultime extrait du maxi des Rois Fainéants, voici une version "dub" de "Born to Fornicate". Quand on parle de dub, on sous-entend qu'il n'y a pas de voix. C'est presque le cas sur cette version même si on entend ça et là Pamela Popo ! Une très jolie version à découvrir...
-

C'est l'hiver, c'est l'été

Extrait des archives de Gordon (le bassiste), voici le premier extrait d'une démo qui comprend 4 titres des Chinaski's. 4 titres que l'on connaît déjà mais dans des versions exécutées par un line-up particulier. Ce line-up reste, pour moi, les Chinaski's à leur sommet. A savoir : Gordon à la basse, Christou à la batterie (qui joue encore, de nos jours, avec Franck), Dgé à la guitare lead (idem, il joue encore avec Franck), Franck au chant et Pascal à la guitare rythmique. Ce dernier a été également guitariste pour Bibi & les Fricotins et les Etc's. Cette version de "C'est l'Hiver !" met en avant la voix de Franck. Celui-ci est particulièrement à l'aise et ses lyrics font vraiment le job. C'est une très jolie réussite. La photo qui illustre la vidéo a été prise à la Pif Party  par la maman de Marc-André.
-

Les Désaxés ne sont plus si malheureux !

Voici un 2e extrait du live des Désaxés dont je n'ai ni indication de lieu, ni de date ! Quoi que... Puisque ce titre du groupe est sorti sur un single Réflexes en 1986. Donc ce live daterait d'autour 1986, à moins que les Désaxés aient joué ce tître sans l'avoir enregistré. Le son est toujours très moyen, mais j'aime bien leur approche et leur "fraîcheur".
-

Seaton (3)

3e extrait du live de Seaton au Rockstore Odéon à Montpellier en Octobre 1988. D'après le site Cityzeum "Le Rockstore, entre la place de la Comédie et la gare, est l'un des lieux incontournables de la nuit à Montpellier. Sa façade unique, dans laquelle l'arrière d'une Cadillac est encastrée au dessus de l'entrée, est classée. Le Rockstore propose sur deux étages une salle de concert, une discothèque, un bar et ne ferme pas avant 4 heure." Voici Devotion, un long morceau de plus de 7 minutes dans un style "épique" new-wave. David Rosane, le chanteur semble avoir une voix un poil plus grave qu'aujourd'hui mais toujours aussi "habitée". La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas et a également servi d'illustration pour la démo du groupe.
-

Et si on essayait quelque chose de différent ?

Pour les gens de ma génération, le Manège Enchanté est forcement une référence. Ce programme pour les enfants réalisé en stop motion raconte les aventures de la jeune Margote et de son chien Pollux. Pollux, bizarrement, parle avec un fort accent anglais. Jacques Bodoin à qui on doit la voix du chien poilu a sorti en 1966 un ep 4 titres autour de cette série. En voici un extrait, loin de notre habituel new wave ou rock alternatif. Ici, il s'agit plutôt d'un léger twist où les deux protagonistes se donnent la réplique. Un tube en puissance pour peu que l'on y jette une oreille ! Cette publication débute, peut-être, une nouvelle rubrique musicale : l'inclassable et le bizarre. Une spécialité dont j'ai toujours été un fervent supporter.
-

Des clowns et des cirques !

Voici, extrait de leur unique mini-album "1", "Clown and Circuses" de Nana & Co. J'ai déjà publié un morceau extrait de cet album que l'on peut écouter ici. Antoine L est à la guitare et Monica est au chant. La question que tout le monde se pause... Est-ce la même version que celle parue sur leur 45 tours datant de 1985 et produit par Coary & co ? Coary a à son actif un autre single d'un certain Adal dont on trouvera le détail ici-même. Ce morceau a un beat ska, très à la mode à l'époque, mais est loin de l'énergie alternative de tous les groupes spécialistes du genre ! La photo qui illustre la vidéo a été extraite de l'album et est l'œuvre de Pascale de Laubier.
-

The Bongos

Les Bongos est un groupe américain de Power Pop en activité de 1980 à 1987. Groupe dont faisait parti Richard Baron. Ici, il s'agit d'un extrait d'un concert qui a eu lieu le 7 Mai 1986 au Cat Club à New-York. Pendant ce rappel, Fred Schneider les rejoint sur scène et joue du tambourin. Fred est bien sûr le chanteur des B-52'S ! Ce live provient du site "The Mckenzie Tapes".
-

Des remix des Rois Fainéants (2)

Deuxième morceau extrait du maxi 33 tours des Rois Fainéants, voici "Social Case" (Remix Club). Toujours le même principe : on prend un des "tubes" et on lui colle un traitement "discothèque" histoire de faire danser les djeun's de l'époque. L'option "textes en anglais" a du être fatal aux Rois Fainéants. Ce trio n'a jamais connu l'exposition qu'il méritait !
-

Encore Alysse !

En ce moment, François Alysse est particulièrement mis en avant dans ce ce blog. Cette fois-ci, je publie un vrai inédit. De mémoire, il me semble qu'il s'agit d'un 3e morceau issu des sessions qui ont donné naissance aux 2 tîtres présents sur la compilation "Fireball". Le son et la façon de jouer sont les mêmes. Je ne connais pas le tître exact de cette chanson, je l'ai donc intitulé "Avec". Ce qui semble assez logique. La photo qui illustre la vidéo est une photo de François enfant en train de peindre. François était une sorte de surdoué (c'est du moins ce qu'il racontait) qui a commencé à peindre très jeune, dans un style Van Gogh Psychédélique. Il n'a jamais abandonné ce style et est finalement revenu à ses premiers amours puisqu'il est officiellement devenu peintre. Toujours dans ce style un poil anachronique pour les quelques toiles que j'ai pu voir.
-

Des remix des Rois Fainéants

Je suis particulièrement content d'être tombé sur ce maxi des Rois Fainéants. J'ai déjà publié un morceau live et apparemment inédit (je ne l'ai pas trouvé sur leur unique album). Là, il s'agit d'un remix (il y en a 3 sur le maxi). C'était une pratique commune à l'époque, prévoir un petit quelque chose pour les jeunes qui allaient en discothèque. Si chanter en anglais n'est pas le point fort du groupe, leur soul up tempo est de très bonne facture. Ce "Born to Fornicate", sensé être le tube de l'album, est mis en avant via ce maxi. La dimension remix donne une petite touche "Clashienne" qui me va droit au cœur. Prêt pour 7 minutes 30 de danse échevelée ?
-

Jérôme Soligny en concert

2e morceau du set de Jérôme Soligny au Rex Club (Paris), le 9 Octobre 1985. Un set juste accompagné à la guitare. Un très joli moment que je suis heureux de partager aujourd'hui ! Encore une fois, la photo qui illustre a été prise récemment et ne correspond pas au Jérôme de 1985.
-

Seaton (2)

2e morceau extrait du live de Seaton à Montpellier en Octobre 1988, voici Fairy Tale ! En échangeant sur Facebook avec des gens qui avaient vu Seaton, à l'époque, à Aix-en-Provence, il m'est revenu à la mémoire le côté "Jim Morrison" de David, en live. Mais bon, il y a pire comme référence et comme inspiration. Là encore, c'est peut-être son côté américain qui remontait et qui, depuis, a disparu. La photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-

Sex Monkey

Après "Over You" des Monkey Business, c'est au tour de "Sex Monkey" de connaître un traitement "neutre". A savoir : bonne vitesse, équalisation, cleanage global. Voici "Sex Monkey" tel qu'enregistré à l'époque. Les Monkey Business à leur top !
-

Un site web pour Lyar

Pour soutenir les groupes que l'on aime, on se devait d'étendre nos activités. C'est ainsi que Bouloup (et ses équipes) a développé un petit site WordPress pour Lyar. Bouloup et plus particulièrement l'ami Quentin. Qu'il soit chaleureusement remercié. Dans cette "landing page", on y trouvera l'essentiel : de la musique, des vidéos, des photos et un lien pour acheter des produits dérivés. Lyar est un power trio qui comprend 2 basses (et oui) et un batteur/chanteur.  Rendez-vous sur le site de Lyar ! 


Comme une Pierre qui Roule

Extrait de la compilation Fireball sortie sur Celluloïd au début des années 80, voici "Comme Une Pierre Qui Roule" de François Alysse. Il s'agit, bien sûr, d'une cover en français de "Like A Rolling Stone" de Bob Dylan. François disait qu'ils avaient du demander la permission à Bob Dylan pour publier cette version et qu'il avait exigé qu'on lui traduise en anglais ces paroles. Histoire d'être sûr que l'esprit d'origine était respecté. J'ai déjà publié une première version avec un autre mix, là c'est la version d'origine, sur le lp, dont il s'agit. Le visuel qui illustre la vidéo est une proposition de pochette faite, à l'époque, par François et qui, dieu merci, n'a pas été acceptée. Pour ma part, j'ai toujours pensé que cette "Pierre Qui Roule" était une vraie réussite avec ce son intemporel, ces lyrics et cette façon de chanter tellement particulière. Ah oui, dernier détail, j'imagine que c'est Mickey Blow qui joue de l'harmonica...
-

Blade en feu

J'ai déjà publié "La Main, Le Feu" une démo de Blade avec David Rosane que l'on peut écouter ici  et que pour ma part je trouve être un sommet du groupe (et l'une des seules chansons écrites en français par David). Voici le "blue print" de cette chanson, écrite (à l'origine) en anglais et chantée par Yannick. Pour mémoire, Yannick jouait de la basse pour les Fricotins, les Monkey Business et de la guitare pour Manchester, Blade, Lyg, Thousand Watt Burn... Etc. Actuellement, il joue de la basse dans Lyar.
-

Les Désaxés

Ce n'est pas que j'écoutais les Désaxés à l'époque. Quoi qu'il me semble avoir eu leur single : "Juste 15 ans". Mais j'ai retrouvé ce bout de concert (ni date, ni lieu, sorry) et bien que le son soit limite, j'y ai trouvé une vraie énergie. Et puis, à l'époque, j'étais vraiment fan de leur maison de disques : "Réflexes". Un label avec une vision, une ligne, créé en 1983 par Patrice Fabien. On y trouvait les Bandits (et Christine Lidon), les Ablettes, les Follie's, Tina & les Fairlanes, Ricky Amigos (des potes d'Antoine L. dont je parle beaucoup dans ces colonnes)... Etc. Du bon quoi ! Voici les Désaxés avec un Pierre Mikaïloff aux guitares qui est devenu une vrai sommité du journalisme rock.
-

La Démo du Sexe des Anges

Là aussi, je ne me souviens plus de la chronologie. Le Sexe des Anges a-t-il précédé les Chinaski's et suivi Keyser Söze ? Difficile à dire. Le Sexe des Anges comprend Franck au chant, Gordon à la basse et aux claviers et Pascal Rescoussié aux claviers et à la programmation. Dans cette démo 4 titres que je publie aujourd'hui, on retrouve "L'Héroïne de Mes Pensées" également repris par Keyser Söze. Je me souviens qu'à l'époque, Franck avait fait un peu de promo et que quelqu'un des Inrockuptibles l'avait appelé pour en savoir plus. Peut-être espérait-il entendre que le Sexe des Anges allait être signé par un label ou entamait une tournée nationale ? Une vraie actu qui aurait pu toucher tout le monde.  La pochette (dont on trouve une copie dans le .zip en téléchargement ) a été réalisée par Franck et, pour la première fois, montre la tête des musiciens. Une petite révolution dans le monde des bouloupiens qui, underground oblige, a toujours préféré afficher du graphisme. Cette pochette, en dehors d'être typique du style de l'époque et de l'univers de son auteur, raconte quasiment une histoire. C'est aussi une première. Comme pour plein d'autres démos que j'ai publié dans ce blog, je regrette qu'elles n'aient pas connu une diffusion plus large. Elle le méritait tant par l'originalité de la musique que par l'image qu'elle projetait. On pourra télécharger ici-même cette démo. avec sa pochette.
-
NB : Après échange avec les intéressés, notons la chronologie des groupes : il y a eu Cérémonies puis les Chinaski's, puis le Sexe des Anges et enfin Keyser Söze !