Les Désaxés, toujours !

Voici 2 morceaux que les Désaxés semblaient enchainer quand ils les jouaient en live. Ces 2 morceaux apparaissent également sur leur unique album sorti sur Réflexes. Le premier tître est un original du groupe, le second est une reprise de Françoise Hardy datant de 1964. Ce "Je Veux Qu'il Revienne" est lui-même une adaptation en français d'un succès du groupe anglais : les Vernon Girls. C'est Charles Blackwell qui est à l'auteur de ce tube. Un producteur bien connu qui a fricoté avec Joe Meeks au début de sa carrière. Ce concert a été diffusé sur RFI, ondes courtes, à l'époque. D'où le son un peu pourri...
-

The Jivin' Instructors (3)

Voici un 2e morceau extrait de la démo des Jivin' Instructors. Ce coup-ci, on est dans une approche un peu plus rock and roll ! Même si globalement, le son néo-swing est toujours bien présent. Cette démo a été enregistrée en live au Albany Empire à Londres en 1986. Sur la photo qui illustre la vidéo, on aperçoit à droite un homme chauve avec des lunettes noires. Je me souviens clairement de lui parce que, lors de leur concert, il était en col roulé et en costard, avec une grande chaine autour du cou. Ce look beatnick m'avait fait une forte impression.
-

Et voici Deluxe

Deluxe est présent sur la compilation "Fireball" d'où j'ai déjà extrait deux tîtres des Stunners et deux tîtres de François Alysse. Ce "I Need A Girl" est dans une veine garage comme on les aime : crad' et bien enlevée. Je me suis donc intéressé à Deluxe. Je n'ai trouvé que très peu d'infos sur eux. Ils sont originaires de Caen (d'où leur présence sur "Fireball"). Ils ont sorti, un peu après cette compil', un single deux tîtres autoproduit. On trouve également sur Facebook, un groupe qui leur ai dédié parce qu'ils ont sorti un album, il y a quatre ans... Toujours autoproduit (et dans la même veine, écoutable sur bandcamp). J'en ai profité pour piquer le visuel qui illustre la vidéo. Le chanteur s'appelle "Agranier" comme la chanteuse des Etc's. Je me souviens qu'à l'époque Véronique (Agranier) m'avait dit que l'un de ses cousins faisait du garage et avait sorti un single. Bref, le Monde est petit même si je ne pense pas que c'est le cousin en question... Voici les Deluxe ! 
-

Un différent "moi"

Je continue de publier des morceaux extraits du live des Dogs au Palace, le 15 Avril 1982. Ce concert a été diffusé sur Radio 7 d'où le jingle que l'on entend au tout début du morceau."A Different Me" est un autre classique du groupe composé, cette fois-ci, par leur frontman Dominique Laboubée. On le trouve sur leur LP "Different" de 1984 sorti sur Closer. La photo qui illustre la vidéo date d'avant ce concert puisqu'il manque leur lead guitariste : Tony Truant. Tony a, depuis, fait une carrière en solo et surtout rejoint les rangs de Wampas.
-

S. N.

Allez, je ne résiste pas à l'envie de republier un autre morceau extrait de l'album auto-produit du Baron Rouge. Ce "S. N." est un peu plus mélodieux mais reste dans l'approche de ce groupe catalogué, je ne sais pas pourquoi, comme "punk". En fait, j'aime bien leur côté "à l'arrache" et un peu brouillon.
-

Le 2e trailer de Jean-Marc

On a beau avoir passé les 50 ans, on n'en reste pas moins un passionné de musique. Après avoir œuvré dans les Nouveaux Monstres, Marc-André et Jean-Yves, soit "Jean-Marc"  ont décidé de s'axer principalement sur le live. Ils travaillent depuis quelques années sur un nouveau répertoire jouable en live et constitué de reprises : Beastie Boys, Devo, Pil ou... Nouveaux Monstres. Dans ce trailer c'est un bout de "Who Do You Love ?" (Bo Didley) que l'on découvre sans le chant. Brigitte Marjo étant basée à Rennes, elle ne répète avec eux que de temps en temps. Ils ont pour projet d'enregistrer une démo avant de tourner un peu !
-

Dernière démo 87/88 de Seaton

Et de 4 ! Voici la dernière démo de Seaton extraite du sobrement intitulé "Studio 87/88". Je sais que mon ami David (chanteur du groupe) déteste que l'on compare mais dans ce cas précis, la guitare de Toto Ringelstein m'a fortement fait  penser au glam gothique de Bauhaus. Peut-être le son, peut-être la façon de jouer, anyway... Ici s'achève la comparaison. Encore une fois, ce "Yellow Fever" est intense et habité, laissant un peu de côté la qualité de la mélodie. Qu'importe. On sent la fièvre monter ! Comme toujours, la photo qui illustre la vidéo est l'œuvre de Philippe Plas.
-